Navigation – Plan du site
Hommage à Claude Lévi-Strauss

« L’anthropologie structurale ? Voyez-vous… it’s anthropology at its best ». Hommage à Claude Lévi-Strauss

Philippe Erikson
p. 9-12

Entrées d’index

Palabras claves :

Lévi-Strauss (Claude)

Thématique/disciplinaire :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Claude Lévi-Strauss, 1938

C’est […] en 1958 que le Collège de France a voulu créer dans son sein une chaire d’anthropologie sociale […]. Qu’il me soit [permis] en cette occurrence où tous les caractères du mythe se trouvent pour moi réunis, de [chercher à discerner le sens du] bizarre retour du chiffre 8 […]. Cinquante ans avant […] Sir James Frazer prononçait à l’université de Liverpool la leçon inaugurale de la première chaire au monde qui fut intitulée d’anthropologie sociale. Cinquante ans plus tôt – il vient d’y avoir un siècle – naissaient, en 1858, deux hommes – Franz Boas et Émile Durkheim […]. Il convenait que ces trois anniversaires, que ces trois noms fussent évoqués ici. (Lévi-Strauss 1973, pp. 11-12)

1Au printemps dernier, la Society for the Anthropology of Lowland South America (SALSA) a tenu son cinquième congrès en Europe, d’abord à Oxford (du 17 au 20 juin 2008), puis à Paris (le 21 juin 2008). L’occasion était rêvée de rendre hommage à Claude Lévi-Strauss, à l’approche de son centenaire et à l’ombre de la tour Eiffel. La partie britannique de la manifestation, organisée par Laura Rival (assistée d’Istvan Praet) sous l’égide de l’université d’Oxford, s’est déroulée à la Maison française d’Oxford et a été consacrée à l’actualité de l’ethnologie amazoniste. La partie française, organisée par Philippe Erikson avec le soutien du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de l’université de Paris X-Nanterre, a été accueillie par Anne Christine Taylor au musée du Quai Branly et a surtout abordé l’actualité de l’œuvre de Lévi-Strauss. La rédaction du Journal de la Société des Américanistes est heureuse de donner une suite à cet événement avec ce cahier spécial, qui comprend la transcription des communications présentées et de la discussion qui s’en est suivie.

2Un heureux hasard fait que l’hommage rendu par SALSA s’est tenu le jour du solstice d’été, qui est non seulement le plus long de l’année, mais également celui de la fête de la Musique. Clin d’œil du destin, propre à souligner que nous n’étions pas réunis pour des oraisons funèbres, mais pour célébrer la longévité intellectuelle du grand homme et l’importance de la musique dans sa vie et son œuvre. En raison du nombre limité de places disponibles au musée du Quai Branly, seules 96 personnes ont pu assister à cette manifestation. Public restreint, certes, mais diversifié : moins d’un tiers de Français (31) ; 24 d’autres pays d’Europe (14 du Royaume-Uni, d’autres de Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, Norvège, Pologne…) ; 23 d’Amérique du Nord (Canada et États-Unis) et 18 du sud du continent (dont 14 du Brésil).

3Un des temps forts de l’hommage a consisté en une table ronde au cours de laquelle quatre spécialistes d’ethnologie amazonienne (Stephen Hugh-Jones, Patrick Menget, Manuela Carneiro da Cunha et Philippe Descola) se sont exprimés une demi-heure chacun. La demi-heure de discussion qui a suivi a permis à d’autres éminents collègues d’enrichir le débat (Fernando Santos Granero, Laura Rival, Carlos Fausto, Harald Prins, Jonathan Hill et Steven Rubenstein). Marcelo Fiorini, de l’American University of Paris, a conclu la session en présentant et commentant des extraits d’un entretien qu’il avait récemment filmé avec Claude Lévi-Strauss, ainsi que des images récentes prises chez les Nambikwara, montrant des attitudes corporelles étonnamment similaires à celles photographiées par Lévi-Strauss, lui-même, dans les années 1930. L’article de Fiorini, reproduit dans ces pages, est illustré par des photos signées de son pseudonyme artistique (Marcel Fortaleza Flores) et mises en regard avec d’autres de Lévi-Strauss, avec l’aimable autorisation des auteurs.

4Trois des principaux intervenants de la table ronde avaient eux-mêmes étudié sous la direction de Lévi-Strauss, avant de lui succéder aux chaires qu’ils occupent aujourd’hui (ou occupaient encore récemment) : Carneiro da Cunha à l’université de São Paulo, Descola au Collège de France et Menget à l’École Pratique des Hautes Études. Le quatrième orateur (Stephen Hugh-Jones) n’est pas moins informé, son œuvre ayant été définie comme « sans doute le commentaire le mieux informé et le plus subtil des thèses de Lévi-Strauss jamais écrit en langue anglaise » (Bloch 2004, p. 354).

5En raison d’un malentendu à propos de qui – du musée du Quai Branly ou de l’université de Nanterre – devait se charger d’inviter officiellement Philippe Descola, son texte était déjà réservé lorsque sa présence fut confirmée (Descola s. d.). Seuls quelques passages choisis de sa communication sont donc présentés ici, dans la partie retranscrivant la discussion. Les trois autres contributions sont publiées in extenso. Elles ont été transcrites et éditées par Philippe Erikson, également responsable des notes et de la compilation des références bibliographiques. Les textes en anglais ont été revus par les auteurs et relus par Casey High : qu’il en soit remercié.

6La communication de Stephen Hugh-Jones montrait que :

L’anthropologie sociale britannique a joué un rôle pionnier dans l’explosion des recherches ethnologiques sur les basses terres de l’Amérique du Sud, dont le développement fulgurant remonte au milieu des années 1960, époque à laquelle des traductions des principales œuvres de Lévi-Strauss ont commencé à circuler dans le monde anglophone. Ces écrits ont exercé leur influence sur bon nombre des chercheurs de l’époque et, aujourd’hui encore, tous reconnaissent l’importance de ses idées sur l’échange, l’alliance, les mythes, etc. Cependant, à quelques rares exceptions près, l’influence de Lévi-Strauss a été moindre qu’on ne pourrait le penser de prime abord. En effet, certaines des caractéristiques essentielles de sa conception de l’anthropologie contrastaient fortement avec celles des anthropologues britanniques qui diffusaient ses idées aux américanistes en herbe d’alors. Il semble donc que, pour tirer pleinement partie de ce qui s’est passé depuis les années 1960, un retour sur Lévi-Strauss s’impose. [résumé de l’auteur]

7Patrick Menget, le deuxième intervenant, s’est plus particulièrement intéressé à l’influence et à la postérité des contributions de Lévi-Strauss aux études de parenté, des premiers commentaires de Josselin de Jong en 1952 jusqu’à ceux, très récents, de Laurent Barry (en 2008). Menget, qui était étudiant à l’université Harvard à la fin des années 1960, a apporté quelques précisions sur la conception que Maybury-Lewis se faisait des organisations dualistes, reprenant un des thèmes précédemment abordés par Hugh-Jones. Au cours de sa présentation, Menget a cité à plusieurs reprises des extraits d’un long entretien de Lévi-Strauss, jusqu’ici inédit, qu’il avait conduit à la fin des années 1970.

8Pour finir, le texte de Manuela Carneiro da Cunha, sobrement intitulé « Lévi-Strauss aujourd’hui », résume avec élégance l’esprit de cet hommage, avec une présentation combinant de plaisantes anecdotes sur les séjours de Lévi-Strauss à São Paulo (de 1930 à 1985), avec des considérations épistémologiques plus ambitieuses sur la réception de ses travaux à la fois au Brésil et aux États-Unis. La communication contient également d’utiles explications sur l’énigmatique « formule canonique », et montre que bon nombre de ses détracteurs post-structuralistes eurent recours à des arguments qu’ils auraient très bien pu trouver dans les écrits de Lévi-Strauss.

9À l’évidence, quelques décennies après la publication de ses œuvres majeures, et exactement un siècle après sa naissance, il aurait été illusoire d’espérer bouleverser le champ des études lévi-straussiennes dans le cadre d’un simple hommage. Le mieux que nous pouvions faire, c’était d’inviter un groupe d’amazonistes hautement qualifiés, de savourer ce qu’ils avaient à dire et de le publier dans la revue même où avaient jadis paru deux des premiers textes qui assurèrent la renommée de Lévi-Strauss (1936 ; 1948). Durant ce special day in Paris, trois des plus éloquents de nos collègues se sont contentés de répéter, avec Stephen Hugh-Jones, que : « Lévi-Strauss n’est pas seulement le plus grand anthropologue en vie. Il est le plus grand anthropologue, tout court ». Tout était dit. Au bout du compte, notre objectif sera atteint si les textes réunis ici aident les futurs lecteurs à mieux comprendre comment, en 2008, les ethnologues spécialistes des basses terres d’Amérique du Sud se situent vis-à-vis du structuralisme, et pourquoi les écrits de Lévi-Strauss ont encore un rôle majeur à jouer pour l’avenir de notre discipline.

Haut de page

Bibliographie

Barry Laurent
2008 La parenté, Gallimard, Paris, 2008.

Bloch Maurice
2004 « Lévi-Strauss chez les Britanniques », in Michel Izard (éd.), Claude Lévi-Strauss, Éditions de l’Herne, « Cahier de L’Herne », Paris, pp. 349-356.

Descola Philippe
s. d. « The two natures of Lévi-Strauss », in Boris Wiseman (éd.), The Cambridge Companion to Lévi-Strauss, Cambridge University Press, Cambridge.

Josselin de Jong J. P. B.
1952 Lévi-Strauss’s theory on kinship and marriage, Brill, Mededlingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde 10, Leiden.

Lévi-Strauss Claude
1936 « Contribution à l’étude de l’organisation sociale des Indiens Bororo [Contribution to the study of the social organization of the Bororo Indians] », Journal de la Société des Américanistes de Paris, nouvelle série, XXVIII, pp. 269-304.

1948 « La vie familiale et sociale des indiens Nambikwara [Family and social life of the Nambikwara Indians] », Journal de la Société des Américanistes, nouvelle série, XXXVII, 426 p., 11 pl., 8 cartes, 34 fig.

1973 « Le champ de l’anthropologie », in Anthropologie Structurale deux, Plon, Paris.

1994 Saudades do Brasil, Plon, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Claude Lévi-Strauss, 1938
URL http://jsa.revues.org/docannexe/image/10542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Journal de la Société des Américanistes, 2008, 94-2, pp. 9-12

Référence électronique

Philippe Erikson, « « L’anthropologie structurale ? Voyez-vous… it’s anthropology at its best ». Hommage à Claude Lévi-Strauss », Journal de la société des américanistes [En ligne], 94-2 | 2008, mis en ligne le 10 avril 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jsa.revues.org/10542 ; DOI : 10.4000/jsa.10542

Haut de page

Auteur

Philippe Erikson

LESC/Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org