Navigation – Plan du site
Comptes rendus et Notes de lecture

Ferreira da Costa Paulo, Guido Boggiani fotógrafo, Museu Nacional de Etnologia, Lisboa, 2001, 79 p.

Philippe Erikson
p. 315

Texte intégral

1Guido Boggiani (1861-1901) est essentiellement connu des américanistes pour ses écrits sur les populations indigènes du Chaco paraguayen et les commentaires élogieux qu’en ont fait Darcy Ribeiro (1980 [1950]) et surtout Claude Lévi-Strauss (1955). C’est cependant le volet photographique de son œuvre que célèbre l’ouvrage recensé ici, catalogue d’une exposition montrée l’an dernier à Lisbonne. Quatre-vingt deux photos (sur un total de quatre cent quinze connues) y sont données à voir, sous forme de petites vignettes non retouchées, aussi proches que possible des tirages originaux. Bien que Boggiani ait été un peintre paysagiste renommé en son temps, il s’agit pour l’essentiel de portraits, d’une beauté saisissante, d’Indiens Chamacoco et Caduveo (mais aussi Toba, Lengua, et même Bororo). L’intensité des regards, le naturel des poses, le sourire de bon nombre des sujets contrastent totalement avec l’air tantôt guindé, tantôt hagard, qui caractérise généralement les portraits ethnographiques et/ou anthropométriques de l’époque. À l’évidence, Boggiani entretenait des rapports très étroits, et même très intimes, avec ses modèles, ce qui lui coûta d’ailleurs la vie (Leigheb 1997). Outre cette dimension humaine, la qualité exceptionnelle de ces photos s’explique également par une formation artistique accomplie, une maîtrise totale des techniques photographiques de l’époque, ainsi que par le refus de se plier aux conventions figées de l’école photométrique qui sévissait en cette fin de xixe siècle. Aux antipodes de la vision frontale alors prédominante, certains clichés sont par exemple pris en contre-plongée.

2Cet ouvrage n’apporte sans doute pas grand-chose de plus que celui publié en 1997 à Prague (en cinq langues) par les concepteurs de l’exposition de Lisbonne, Pavel Fric et Yvonna Fricova, dont le présent catalogue n’est en fin de compte qu’une version allégée. Il a cependant le mérite d’être nettement moins onéreux et sans doute plus facilement disponible. Signalons pour conclure qu’un texte intéressant sur Boggiani, illustré de quelques-uns de ses clichés, peut être consulté sur le site http://www.opera-prima.com/​guidoenglish.html.

Haut de page

Bibliographie

Fric Pavel et Yvonna Fricova (orgs)
1997 Guido Boggiani Fotograf, Nakladatelstvi Titanic, Praga.

Leigheb Mauricio
1997 Lo Sguardo del Viaggiatore. Vita e opere di Guido Boggiani, Interlinea Edizioni, Novara.

Lévi-Strauss Claude
1955 Tristes Tropiques, Plon, Paris.

Ribeiro Darcy
1980 [1950] Kadiwéu. Ensaios etnológicos sobre o saber, o azar e a beleza, Vozes, Petrópolis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Erikson, « Ferreira da Costa Paulo, Guido Boggiani fotógrafo, Museu Nacional de Etnologia, Lisboa, 2001, 79 p. », Journal de la société des américanistes, 88 | 2002, 315.

Référence électronique

Philippe Erikson, « Ferreira da Costa Paulo, Guido Boggiani fotógrafo, Museu Nacional de Etnologia, Lisboa, 2001, 79 p. », Journal de la société des américanistes [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 21 août 2017. URL : http://jsa.revues.org/1387

Haut de page

Auteur

Philippe Erikson

Département d’ethnologie, université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org