Navigation – Plan du site
Nécrologies

Joaquín Galarza (1928-2004)

Anne-Marie Vié-Wohrer
p. 167-173

Texte intégral

1Joaquín Galarza est décédé le 31 juillet 2004 à Paris des suites d’une maladie. Directeur de recherche honoraire au CNRS, il avait passé plus de la moitié de sa vie en France, à Paris, dans son bureau du musée de l’Homme.

2Joaquín naît dans un village près de San Luis Potosí le 2 octobre 1928. Il fait ses études supérieures à Mexico, d’abord à la faculté de Chimie où il obtient le diplôme d’ingénieur chimiste, puis à la faculté des Lettres de l’UNAM où il obtient celui de bibliothécaire. Il arrive à Paris en 1954, en tant que boursier du gouvernement français, et travaille comme bibliothécaire contractuel à la Bibliothèque nationale. C’est là que s’éveille son intérêt pour les manuscrits mexicains. Il prend connaissance du fonds mexicain, lequel constitue la deuxième collection la plus importante après celle du musée d’Anthropologie de Mexico et en établit un nouveau catalogue (publié en 1974). Il est nommé en 1958 à la bibliothèque du musée de l’Homme, institution qui deviendra, selon ses propres mots, « son centre d’accueil, d’étude et de travail à Paris ». Il suit en même temps les conférences de Guy Stresser-Péan à la Ve section de l’EPHE, ainsi que celles de Jacques Soustelle à la VIe section. Il entre au CNRS en 1962 où il est affecté à un laboratoire situé au musée de l’Homme. Il soutient sa thèse d’État à l’École des hautes études en sciences sociales en 1977, devant un jury composé de Jean-Pierre Berthe, André Leroi-Gourhan, Frédéric Mauro et Bernard Pottier. C’est avec la publication de l’un de ses livres que commencent, sous la direction de Guy Stresser-Péan, les éditions de la Mission archéologique et ethnologique française de Mexico.

3Mais revenons à ses débuts à Paris. Dès son arrivée à la bibliothèque du musée de l’Homme, il réorganise les fiches ayant trait aux manuscrits mexicains. Il réalise son premier article qui sera publié dans le Journal de la Société des Américanistes, en 1960 (tome 49), sous le titre « Liste-catalogue des sources pour l’étude de l’ethnologie dans l’ancien Mexique au musée de l’Homme ». Cet article marquera le début de ses recherches. Il attirera l’attention des anthropologues français les plus importants de cette époque, américanistes ou non, et en particulier à Paris, de Jean Guiart, André Leroi-Gourhan, Jacques et Georgette Soustelle et, à Mexico, de Guy Stresser-Péan. Tous ne cesseront, leur vie durant, de l’encourager dans son travail et de financer les nombreuses missions qu’il effectuera au Mexique pour le compte du CNRS. Dans la mise en forme de ses publications, il bénéficiera aussi, tant pour parfaire son français que pour améliorer ses dessins, de l’aide bénévole de deux amies françaises, Mademoiselle Pierron et Madame de Baudesson-Obadia. Enfin, les instances de la recherche française lui laissèrent toute liberté de se mettre au service d’institutions d’enseignement ou de recherche mexicaines : Joaquín passera de longues périodes à Mexico où, pendant dix ans, il enseignera à l’ENAH, dirigera un séminaire au CIESAS, ainsi qu’à l’Archivo general de la Nación avant d’enseigner à l’université autonome de Puebla, son dernier poste au Mexique.

4Une autre rencontre décisive dans son destin d’anthropologue est celle qu’il fit au Congrès international des américanistes, à Madrid, en 1964, d’Howard Cline, l’un des bibliothécaires de la Library of Congress de Washington, et l’un des principaux artisans de la série des Handbook of Middle American Indians. Joaquín Galarza deviendra en même temps que Birgitta Leander, Gert Kutscher, Hans Premm et d’autres, l’un des « Howard Cline’s children ». Grâce à cette rencontre, il sera introduit auprès des grands ethno-historiens nord-américains comme Donald et Martha Robertson, Charles Dibble, Arthur Anderson, John Glass et bien d’autres. Il se verra en particulier confier la confection d’un catalogue des manuscrits du fonds mexicain de la Newberry Library de Chicago où il effectuera quatre séjours à partir de 1963. C’est là qu’il puisera le sujet de sa thèse doctorale avec l’étude du codex de Zempoala, Techialoyan E 705. Il sera aussi invité à trois reprises par les Robertson à la bibliothèque latino-américaine de Tulane University à la Nouvelle Orléans, afin d’étudier des manuscrits mexicains de l’époque coloniale.

5Il effectue aux alentours de 1985 un séjour à Genève au muséum d’Histoire naturelle pour y étudier la collection Henri de Saussure rapportée en 1855 par ce naturaliste, géographe et explorateur, père de Ferdinand de Saussure, le linguiste. Il analysera en particulier les copies (certaines en couleur) des manuscrits pictographiques exécutées par l’explorateur (calques, dessins).

6Le parcours de Joaquín le mène aussi en Italie. Il séjourne au couvent Sainte Sabine, siège des dominicains au Vatican où il étudie, dans les archives, les rapports des dominicains missionnaires en Amérique. À l’université de Bologne, où il est invité en 1992 pour la projection du film Tlacuilo dont il est coréalisateur, il rencontre le sémiologue Umberto Eco qui l’invite à donner des cours. Il sera l’invité du département de sémiologie de cette université à deux reprises, en 1995 et en 1999, où ses cours éveilleront l’intérêt des étudiants italiens pour l’épigraphie mésoaméricaine.

7Après son travail de refonte du catalogue des manuscrits du fonds mexicain de la Bibliothèque nationale et l’élaboration des fiches bibliographiques à la bibliothèque du musée de l’Homme, Joaquín Galarza commence à se pencher sur l’étude des manuscrits. Il plaide pour un recensement exhaustif des manuscrits et la constitution d’un corpus à l’échelle internationale. Il plaide aussi pour le caractère multidisciplinaire que doit revêtir la recherche. Les informations données à la fois par l’archéologie, l’ethnologie (il faut associer les indigènes à l’étude des manuscrits élaborés par leurs ancêtres), la linguistique (on doit impérativement connaître la langue du tlacuilo qui a élaboré le manuscrit – c’est en particulier pour cette raison qu’il fait plusieurs séjours à Milpa Alta où il apprend le nahuatl) et l’histoire (les sources écrites par les historiens métis et espagnols de l’époque coloniale) sont, dit-il, toutes nécessaires.

8Son travail continue et dépasse celui qu’Alfonso Caso avait commencé avec les manuscrits mixtèques mais, cette fois, avec les manuscrits des descendants des Mexicas et, parmi eux, d’une part, ceux qui ont été réalisés selon la tradition indigène, d’autre part, ceux qui sont le résultat d’un métissage culturel, car l’écriture n’a pas disparu avec la Conquête. Parmi les premiers, il étudie notamment la partie la plus traditionnelle du codex Mendoza, la Tira de la Peregrinación, les lienzos de Chiepetlan (découverts par Danièle Dehouve), ainsi que de nombreux manuscrits cartographiques. Parmi les seconds – dont la production s’étale jusqu’au xviiie siècle – qu’il qualifie d’« accessibles par leur contenu aux indigènes et par leur forme, aux conquérants espagnols », il étudie des « textes » destinés à l’évangélisation des Indiens (catéchismes) appelés « manuscrits testériens », de nombreux manuscrits cadastraux, des cartes à contenu juridique, ainsi qu’un grand nombre de manuscrits du groupe du xviie siècle appelé « Techialoyan ». Il sera l’un des premiers chercheurs à reconnaître le caractère indigène de la facture de ces manuscrits et à identifier des pictographies nouvellement créées par les indigènes dans différents domaines comme, par exemple, ceux de l’iconographie chrétienne et de l’héraldique européenne. Il signalera aussi l’importance du rôle des néo-tlacuilos, devenus peintres des églises.

9Joaquín Galarza fut le premier à tenter de mettre au point une méthode de déchiffrement globale et rigoureuse à partir de la réalité du manuscrit et non à partir de ses interprétations. Sa méthode est, depuis, appliquée par de nombreux épigraphistes mésoaméricanistes au Mexique, en Autriche, en Belgique, en Italie, en France, en Suisse et (bientôt) en Angleterre. Il est convaincu que l’ensemble des images représentées sur un feuillet de manuscrit, un lai de tissu ou autre support, constitue un récit conçu pour être lu dans la langue de celui qui les a dessinées et peintes, « le plastique étant inséparable du phonétique ». Cet ensemble est l’expression d’un système d’écriture original dont il faut s’employer à isoler les « principes généraux ». Ce système, qui n’était généralement considéré jusqu’alors que comme symbolique, appartient à la grande famille des systèmes d’écriture fondés sur l’image, celui des écritures pictographiques et donc, comme eux, il est à la fois plastique et phonétique. Le récit contenu sur le feuillet d’un manuscrit de tradition « mexica » apparaît sous la forme d’un tableau, dont l’exécution (la composition) a obéi à des règles établies. Pour procéder à la lecture de ce tableau, il faut en connaître les règles de composition (Joaquín a ouvert la voie en identifiant certaines d’entre elles), et c’est seulement en analysant le dessin des éléments qui constituent l’ensemble du tableau que l’on parviendra à connaître ces règles. Le tableau se compose d’images dessinées et peintes codifiées, dont le code n’a pas été complètement découvert. Ce sont des images aux dimensions et orientations variées, que l’on rencontre groupées ou isolées et qui sont distribuées dans l’espace pictural selon un ordre donné en même temps que positionnées sur des plans précis (à découvrir). Ces pictographies chargées, pour la plupart d’entre elles, de sons désignent des mots ou des fragments de mots de la langue indigène dans laquelle a été « rédigé » le manuscrit, le nahuatl en ce qui concerne les manuscrits étudiés par Galarza. Afin de pouvoir procéder à la lecture du récit, il aura auparavant été nécessaire d’appréhender l’ensemble de l’espace utilisé sur le feuillet selon une méthode qui, en résumé, consiste à : procéder à un carroyage de l’espace du feuillet ; établir des groupes selon différents critères thématiques ; analyser, au sein de ces groupes, les pictographies. Pour chacune, il s’agit d’étudier les paramètres de son dessin : procéder à un découpage systématique, prendre en considération la forme, la couleur (qui joue un rôle phonétique), l’échelle (par rapport à l’ensemble), l’orientation, la position (qui contribue à la reconnaissance de différents plans dans l’espace), ainsi que les différentes perspectives auxquelles elle obéit. Ces paramètres sont autant d’indices pour l’identification de la pictographie dont la fonction est polyvalente (réaliste, iconique, symbolique…) et pour sa lecture.

10Le sens de la lecture est indiqué par des moyens graphiques (dimensions de la pictographie, situation sur un certain plan, etc.). Quant à la lecture, il y en a de types différents auxquels il faut s’essayer, si possible, avec l’aide d’un décrypteur dont la langue maternelle est le nahuatl. Ces lectures peuvent être soit réalistes, soit symboliques, soit poétiques, la langue nahuatl étant riche en métaphores et autres figures de rhétorique.

11Joaquín Galarza fut enfin un des premiers à s’être rendu compte du caractère d’actualité attaché aux manuscrits de l’époque coloniale. Certains manuscrits ont une valeur légale : leur fonction a été, dans plusieurs cas, réactivée, en particulier celle des manuscrits à contenu à la fois cadastral et généalogique. Ils sont en effet parfois utilisés à nouveau de nos jours comme preuves de titres de propriété de la terre auprès de tribunaux, comme ils l’ont été à l’époque coloniale, lors des innombrables procès pour spoliations dont furent victimes les indigènes.

Haut de page

Bibliographie

Publications de Joaquín Galarza  

1960 « Liste-catalogue des sources pour l’étude de l’ethnologie dans l’ancien Mexique au musée de l’Homme », Journal de la Société des Américanistes, 49, pp. 69-113, Paris.

1962 « Codex Santa Anita Zacatlalmanco. Manuscrit pictographique du musée de l’Homme de Paris », Journal de la Société des Américanistes, 51, pp. 77-33, Paris.

1963 « Codex San Andrés, juridiction de Cuautitlan. Manuscrit pictographique du musée de l’Homme de Paris », Journal de la Société des Américanistes, 52, pp. 61-90, Paris.

1964 « Le Codex procès de Cuautitlan, 8 avril 1568. Manuscrit pictographique de la Bibliothèque nationale de Paris », Baessler-Archiv, N.F., 12, pp. 193-225, Berlin.

1966 « Glyphes et attributs chrétiens dans les manuscrits pictographiques du xvie siècle, le Codex Mexicanus 23-24 », Journal de la Société des Américanistes, 56 (2), pp. 7- 42, Paris.

1966 A preliminary check list of the Mexican Manuscripts in the Ayer Collection [à consulter à Chicago].

1967 « Prénoms et noms de lieux… dans les manuscrits pictographiques mexicains », Journal de la Société des Américanistes, 55 (1), pp. 533-584, Paris.

1970 « Un index des manuscrits pictographiques mexicains : “collection de Códices del Museo Nacional de Antropología de México” », Journal de la Société des Américanistes, 59, pp. 91-105, Paris.

1972 Lienzos de Chiepetlan, Études mesoaméricaines, Mission archéologique et ethnologique française au Mexique, Mexico.

1973 « Un fichier d’analyse des glyphes mexicains », in L’Homme, hier et aujourd’hui, recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan, Cujas, Paris, pp. 25-34.

1974 Codex Mexicains, Catalogue Bibliothèque nationale de Paris, musée de l’Homme, Paris.

1976 « Cercles Techialoyan : comptes traditionnels de terres », in Actes du XLIIe Congrès international des Américanistes, VII, Paris, pp. 89-105.

1976 « Le système d’écriture aztèque : problèmes de recherche », in Déchiffrement des écritures et des langues, Colloque du XXIXe Congrès international des Orientalistes, l’Asiathèque, Paris, pp. 177-181.

1978 « Héraldique européenne et manuscrits traditionnels », Indiana, pp. 85-94, Berlin.

1978 « The Aztec system of writing: problems of research », in Approaches to language, Anthropological issues, section 3, languages: areas and influences, Mouton, The Hague-Paris, pp. 271-276.

1978 « Le portrait royal dans l’écriture aztèque, “tableaux” du Codex Tovar. Image(s) et culture(s) » (coauteur A. Zemsz), Communications, 29, pp. 14-56, Paris.

1979 Estudios de escritura indígena tradicional azteca-nahuatl, Archivo general de la Nación, Mexico.

1980 Doctrina Christiana. Méthode pour l’analyse d’un manuscrit pictographique mexicain du xviiie siècle, avec l’application à la première prière, le Pater Noster (coauteur A. Monod Becquelin), Société d’Ethnographie, Paris.

1980 Codex de Zempoala. Techialoyan E 705. Manuscrit pictographique de Zempoala, Hidalgo, Mexique, Mission archéologique et ethnologique française au Mexique, Mexico.

1980 Estudios de escritura indígena tradicional azteca-nahuatl, Archivo general de la Nación/Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social, Mexico.

1982 Dibujos Tradicionales. Tejidos de Santa Ana Tlacotenco, Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social, Tlalpan.

1982 Mapa de Cuauhtinchan N°3, Glifos: Catálogo-Diccionario (coauteurs K. Oneida et al.), Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social/Archivo general de la Nación, Mexico.

1982 « Glifos toponímicos: Milpa Alta, pueblos y límites. Malacachtepec Momoxco, Santa María Asunción de la Milpa Alta, sus pueblos y límites ancestrales » (coauteur C. López Ávila), in Malacachtepec Momoxco, historia legendaria de Milpa Alta, Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social, Tlalpan, pp. 185-190.

1982 « Glifos de toponimia: Santa Ana Tlacotenco y Milpa Alta. Cerros, ojos de agua, cañadas, terrenos agrícolas, límites, calles, pueblos » (coauteur C. López Ávila), in Tlacotenco, Tonantzin Santa Ana. Tradiciones: toponimia, técnicas, fiestas, canciones, versos y danzas, Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social, Tlalpan.

1982 Hablemos nahuatl y espol. Método audiovisual para la enseñanza del nahuatl (coauteur C. López Ávila), Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social, Tlalpan.

1983 « À propos de Lienzos de Chiepetlan », Revue du musée de l’Homme, 23 (3-4), pp. 117-130, Paris.

1985 « ¿Autores o “Informantes” indígenas? », México indígena, 4, pp. 7-9, Mexico.

1986 « Découverte de codex mexicains à Genève. La collection Henri de Saussure de 1855 », Bulletin annuel de la Société suisse des Américanistes, 50, pp. 7-41, Genève.

1986 Amatl, Amoxtli, el papel, el libro, los códices mesoamericanos (coauteur R. Maldonado Rojas), SEIT-Escuela nacional de antropología e historia, Mexico.

1987 « Xochitlapan (le Paradis fleuri), glyphes de plantes odoriférantes dans le Codex Mendoza » (coauteur P. Allain), in Catalogue. Parfums de plantes, musée national d’Histoire naturelle, Paris, pp. 85-97.

1992 In amoxtli in tlacatl, el libro, el hombre: códices y vivencias, Editorial Tava, Mexico.

1992 « Les catéchismes indigènes du Mexique », Archives de Sciences Sociales des Religions, 77, pp. 125-137.

1992 Tlacuilo. Il Segreto Svelato della Scrittura Azteca (coauteur A. Silioti), Giunti, Florence.

1992 « Les glyphes chrétiens » (coauteurs B. Leander et al.), in Destins Croisés. Cinq siècles de rencontres avec les Amérindiens, UNESCO/Albin Michel, Paris, pp. 95-105.

1993 « Códices y vivencias » (coauteurs L. M. Mohar et al.), in Historias en figuras y colores. Códices mesoamericanos, Instituto nacional de antropología e historia, Mexico, pp. 7-15.

1996 Códices y pinturas tradicionales indígenas en el Archivo general de la Nación. Estudio y catálogo, Editoriales Amatl-Tava-Librería Madero, Mexico.

1996 « Tlacuiloa: Scrivere Dipingendo » (coauteurs G. de Finis, A. Perri et al.), in Per un’antropologia delle scriture mesoamericane, Il Mondo, 3 Edizioni, Rome, pp. 35-140.

1998 « Un metodo di lettura della scrittura azteca » (coauteurs A. Perri et A. Cid Jurado), Thule. Rivista italiana di studi americanistici, 4/5, pp. 107-144, Argo, Perugia.

1998 « La escritura glífica conceptualizada como meta-imagen » (coauteur G. Yankelevich), in Ludus Vitalis. Revista de Filosofía de las Ciencias de la Vida, VI (10), pp. 167-179, Mexico.

1999 Para leer la tira de la Peregrinación (coauteur K. M. Libura), Tecolote, Mexico.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Vié-Wohrer, « Joaquín Galarza (1928-2004) », Journal de la société des américanistes, 90-2 | 2004, 167-173.

Référence électronique

Anne-Marie Vié-Wohrer, « Joaquín Galarza (1928-2004) », Journal de la société des américanistes [En ligne], 90-2 | 2004, mis en ligne le 17 novembre 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jsa.revues.org/1737

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Vié-Wohrer

Université Paris 8, Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org