Navigation – Plan du site
Notes de recherche
Varia

Le corpus lexical de l’habitat inuit de l’Arctique oriental canadien

Guy Bordin
p. 95-123

Entrées d’index

Géographique/ethnique :

Arctique, Canada, Inuit, Inuktitut

Thématique/disciplinaire :

Ethnolinguistique, Ethnologie
Haut de page

Texte intégral

1Les Inuit de l’Arctique canadien (Nunavik et Nunavut actuels), avant leur sédentarisation qui se fit largement durant la décennie 1950-1960, avaient un mode de vie nomade et saisonnier. Ils organisaient leur type d’habitat (iglu1) en conséquence, comme l’a fort bien décrit Mauss (1999, p. 390) dans son étude sur la morphologie sociale des sociétés inuit : « suivant les saisons, la manière dont les hommes se regroupent, l’étendue, la forme de leur habitat, la nature de leurs établissements changent du tout au tout ». Ils passaient l’été sous la tente (tupiq) faite de peaux de caribou ou de phoque. En hiver, ils vivaient dans des maisons de neige (igluvigaq) ou dans des maisons semi-souterraines (qarmaq) en pierre, tourbe et peaux. Dans tous les cas, les membres d’une maisonnée ne disposaient généralement que d’un seul espace dans lequel ils mangeaient, travaillaient, jouaient et dormaient tous ensemble.

2Aujourd’hui, les Inuit vivent dans des logements en dur conçus sur le modèle occidental (nord-américain) : chaque pièce possède a priori une fonction particulière, soit à usage collectif comme la cuisine, le salon, la salle de bain, etc., soit à usage plus individuel comme les chambres à coucher. On pouvait donc s’attendre à une sorte de « privatisation » ou d’« individualisation » de l’espace domestique inuit, tout particulièrement des lieux réservés au couchage. Or ce n’est pas vraiment le cas. De plus, dans les régions de l’Arctique oriental canadien (Nunavik, Nunavut oriental) – dans lesquelles plus de 90 % de la population parle inuktitut –, une part non négligeable du lexique relatif à l’habitat nomade2 a été conservée, avec ajouts ou glissements sémantiques, dans la terminologie se rapportant à l’habitat contemporain. Il existe également une création lexicale (néologie) intense et dynamique, destinée à nommer les réalités actuelle ; ces néologismes traduisent un certain contrôle sur ce nouvel environnement domestique et fonctionnent comme un marqueur identitaire.

3Dans ce texte, illustré par de nombreux exemples lexicaux, nous essayerons de montrer que, chez les Inuit du Nunavik et du Nunavut oriental (Qikiqtaaluk [Terre de Baffin], Kivalliq [ouest de la baie d’Hudson]), il existe un mode d’appropriation linguistique du nouvel espace domestique qui leur a été imposé depuis une cinquantaine d’années. La grande région dont il est question ici sera considérée comme un champ d’étude anthropologique, selon le concept déjà appliqué au domaine inuit par des auteurs tels que Oosten (1986), Blaisel et Oosten (1997), Laugrand (2002) et Laugrand et al. (2003), alors que Mauss (1999, p. 391) avait aussi écrit en son temps : « Il n’y a pas une, mais des sociétés eskimos dont la civilisation est assez homogène pour qu’elles puissent être utilement comparées et assez diversifiées pour que ces comparaisons soient féconde ». La grande proximité linguistique et culturelle, largement attestée, entre Nunavik, Baffin et Kivalliq, justifie cet aspect.

4Nous avons utilisé différentes sources lexicale : les dictionnaires bilingues de Schneider (1966, 1985) [terminologie essentiellement en inuktitut du Nunavik], de Dorais (1978) [néologismes au Nunavik et au Labrador] et de Spalding (1998) [terminologie provenant essentiellement de l’ouest de la baie d’Hudson (région de Naujaat/Repulse Bay)], les deux dictionnaires inuit monolingues existant à ce jour, celui de Taamusi Qumaq (1991) en inuktitut du Nunavik et celui consacré à l’inuktitut du nord de Baffin (Mittimatalik/Pond Inlet), ouvrage récemment publié (2000) sous la direction de Joanna Quassa [Juana Quasa], et enfin des données recueillies par moi-même en 2001 auprès de plusieurs interlocuteurs originaires de différentes communautés du Nunavut (Mittimatalik/Pond Inlet, Iqaluit, Kinngait/Cape Dorset, Kimmirut, Igluligaarjuk/Chesterfield Inlet). Le texte comprend au total un corpus de plus de 180 termes inuit liés à l’habitat, accompagnés de leur analyse linguistique.

Avant la sédentarisation : corpus lexical de l’habitat nomade

5Il n’est pas dans le propos de ce texte de dresser un historique, même succinct, des mutations culturelles considérables que les Inuit ont vécues depuis une cinquantaine d’années. En ce qui concerne l’évolution du mode d’habitat, le lecteur pourra se reporter à diverses études telles que celles de Duhaime (1983, 1985), Collignon (2001), Dorais (2001) ou Duhaime et al. (2001). Nous ne nous intéresserons pas plus aux causes des changements rapides auxquels ils furent confrontés et nous nous permettrons là aussi de renvoyer le lecteur à certains travaux : Robertson (1961) et Duhaime (op. cit.) à propos des évacuations sanitaires de masse vers le Sud canadien, Dorais (1990) sur l’école obligatoire et l’enseignement monolingue en anglais, Laugrand et Oosten (2002) sur l’élimination des chiens, etc. Pour aborder le thème de l’espace domestique, nous évoquerons successivement et sans transition les habitats nomades puis contemporains, tous pouvant être désignés par le terme générique iglu. La maison de neige, la maison semi-souterraine et la tente fournissaient le plus souvent à ses habitants un espace domestique monocellulaire, c’est-à-dire un espace intérieur ouvert ne comportant ni murs ni portes. Toute la maisonnée s’allongeait ainsi sur la même plate-forme pour dormir, comme le rapporte Boas (1964, p. 136) : « At night, when the Eskimos go to bed, they put their clothing, their boots excepted, on the edge of the platform under the deerskins, thus forming a pillow, and lie down with the head toward the entrance. The blankets for their beds are made of heavy deerskins, which are sewed together, one blanket serving for the whole family ».

6Dans un récit très récent, George Agiaq Kappianaq, un aîné d’Iglulik, se souvient des bons et moins bons aspects de cette pratique en commun :

ilangit sinik&utik uvuna aksualuk tusaqsausuungungmata sinigasuk&uni qissinaqsimari-k&uni sinilluarnikumut taanna sinariluamuqai. Taimanna illuviramiluniik qarmamigluniik inugiakpalaurmata ukkua pigiik ukuangalu, ningaungaluniik imanna iglirmik atausirmii&&utik ilangit qannguilauqpalaurmata angajuqqaangujut sinnarilaukka&uti-qai aksualuk uvuuna tusaqsauvalauqtuq, taqqamuuna naukkukiaq imanna tissinaq&utik ilangit taimanna iglautiqaqujaunngikaluaq&uni tissinaqpalaurmata ilangit (Kolb et Law 2001, p. 30 [édition en inuktitut]).
[« Certains faisaient beaucoup de bruit pendant leur sommeil parce qu’ils étaient profondément endormis ou parce qu’ils rêvaient, ce qui empêchait les autres de dormir. Lorsque tous vivaient dans une maison de neige ou une maison semi-souterraine, que la belle-sœur, le beau-frère, tous dormaient sur la même plate-forme, on entendait les parents ronfler, vraisemblablement au moment où ils rêvaient. Le bruit était assourdissant et venait d’ici, à l’intérieur (de la gorge ?). Je ne sais pas exactement d’où. Alors même si on nous demandait de ne pas rire, on ne pouvait pas résister » (traduction de l’auteur, G.B.)].

7Dans cette habitation de forme circulaire ou piriforme et à pièce unique, chaque lieu, partie et objet possèdent une dénomination spécifique. Chaque activité est réalisée en suivant des règles précises d’agencement et d’occupation de l’espace. De plus, comme l’a montré Therrien (1987, p. 36), « le lexique de l’habitat est prétexte à un discours sur le corps », et cela est particulièrement vrai pour la maison de neige igluvigaq, conceptuellement représentée comme une métaphore du corps féminin. À l’instar du corps, la maison respire, ingère, évacue. C’est aussi un lieu d’échanges. Elle protège ses habitants comme la femme enceinte protège le fœtus qui est en elle : en inuktitut, anivuq s’applique à la fois à la naissance (« il naît ») et au fait de sortir (« il sort » [aller de l’intérieur vers l’extérieur]).

8D’une façon analogue, le cosmos reproduit l’habitation, seule l’échelle change (Therrien 1987). Les termes polysémiques rassemblés dans le tableau 1 expriment les rapprochements entre habitat et corps (voir l’analyse linguistique des termes en annexe) ; voir notes 3 à 153,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15 :

terme

désignation(s) dans l’iglu

désignation(s) anatomique(s)

désignation(s) autre(s)

kajjiq

sommet du dôme de la maison de neige

sommet du crâne, épis de cheveux 4, 5, 6

dessus de moteur 7

paa

entrée de la maison de neige 4, 5, 8

vulve (utsuup paanga, i.e. « ouverture du vagin ») 9

tout type d’ouverture 4, 8

qilak

cintre de porte d’entrée, voûte du dôme 4

palais de la
bouche 4, 5, 6, 8

voûte céleste 4, 5, 6, 8

qingaq

trou d’aération 4, 5, 8

nez 4, 5, 6, 8

saa

toute surface utilisée comme table et située devant soi ; espace devant la lampe 6, 8

avant du corps 9

Saa- (radical localisateur) : en face, devant

ammaniq

sortie, trou (ammaniriik : deux igluvigaq avec sortie commune) 4, 5, 9

ammanigiik : narine ; ammaliq : vulve 4, 9

trou, déchirure 4

Tuqsuuk (forme duelle)

porche, tunnel d’entrée de la maison de neige 4, 5, 8

trachée 9 (au singulier tuqsuk)

tuqsuaq : toute sorte de tubes 4

itirvik

entrée 4, 6, 8

creux entre clavicule et bas du cou 6, 8

col d’une robe 4, caisse, valise 8

quppiniq

espace entre deux plates-formes10

raie des
cheveux 4, 5, 6

Tableau 1. — Habitat nomade et anatomie.

9Au-delà des polysémies, d’autres termes forment des paires habitat/anatomie généralement composées d’un élément lexical de base et de l’un de ses composé ; formellement proches, ils sont également en étroite relation sémantique. Citons par exemple :

10igalaaq : fenêtre 4, 8 et siutiup igalaujanga : le tympan 11 (i.e. « ce qui ressemble à la fenêtre de l’oreille ») [analogie de fonction] ; à noter qu’ici l’un des partenaires de la paire, celui désignant le tympan, est un composé à deux nominaux (Tersis 2002, p. 56) ;

11igliq : la plate-forme de couchage 4, 8 et igliaq : l’utérus 4, 8 (i.e. « la petite plate-forme ») [analogie de fonction] ;

12manuaq : marche du seuil, le seuil intérieur de la maison de neige 4, 5, 8, 9 et manu : la partie sous-mentale 9 [analogie de situation] ;

13inaluujait : une bande de toile transversale de la tente 4 (i.e. « les choses qui ressemblent à l’intestin grêle ») et inaluat : l’intestin grêle 4 [aspect semblable] ;

14qimirluguti : le bois longitudinal au faîte de la tente 3 (-guti : qui sert à) et qimirluk : la colonne vertébrale 4 [analogie de fonction] ;

15qulaaq : toit rapporté de la maison de neige (en peau, toile, etc.) [au printemps] 4, 5 et quliik : le dos, la partie située au-dessus des reins, quliit : les membres supérieurs et le chiffre dix (qula-/quli- : le haut de) [analogie de situation].

16L’habitation ne se lit cependant pas uniquement à travers l’anatomie humaine. Il n’existe pas une analogie totale entre maison et corps : « la langue inuit rapproche certains éléments [du corps et de la maison] en retenant le trait le plus typique, le plus pertinent » (Therrien 1987, p. 46). Les termes suivants sont ainsi sans référents dans le champ anatomique :

17aki : dans l’igluvigaq, la ou les deux parties surélevées en avant du lit, sur les côtés où se trouvent lampes et viande 4, 5, 6, 12 ; dans la tente, l’endroit, au bord de l’entrée, où se trouve la viande 4 ;

18akiti : tout ce qu’on met sous la tête pour dormir 4, 5 ;

19alliaq : ce qui sert de paillasse (branchages, sacs, etc.), paillasse confectionnée en natte 4, 8 ;

20alliniq : matelas inuit (peau, tout ce qui sert pour dormir) 5, 6, 10, 13 ;

21a(a)lliraq : peau, tapis, tout ce qui sert à déposer quelque chose 4, 5, 6, 8 ;

22alluraq : seuil de l’entrée (paa), la première entrée 4, 8 ;

23aummitit : ensemble de la literie (paillasse, couverture, etc.) 4, 5, 6, 14, équipement pour se tenir au chaud 13 ;

24auviq : bloc de neige pour la construction d’une maison de neige 4, 6, 8 ;

25avaluk : mur 5 ;

26avvaq : peau de dessus pour la literie [upper bedding skin] 8 ;

27iga : feu, foyer pour la cuisine 4, 6 ; l’endroit où l’on cuisine l’été, près de la tente et à l’abri du vent, dans les rocher ; la petite tente que l’on dresse ad hoc près de la tente principale 4 ;

28igliti : la section verticale du mur d’un igluvigaq, la poutre de consolidation au bord de l’igliq, le montant de bois qui soutient le mur de la tente 4, 5, 10, 15 ;

29iglu : terme générique désignant tout habitat ;

30iglurusiq : maison de neige secondaire donnant sur l’habitation principale ;

31igluvigaq : maison de neige habitée ;

32igluvigaviniq : maison de neige abandonnée ;

33in(n)itaq : séchoir situé au-dessus de la lampe 4, 6, 8 ;

34kangillitaq : des barres horizontales (paugusiq) qui soutiennent le séchoir, celle qui est située le plus à l’intérieur de la maison de neige, sur le côté inférieur 4 ;

35katak : entrée d’habitation (avec ou sans porte) 4, 5, seuil avec une légère déclivité 9, porche d’entrée [doorway, arch] 8 ;

36killitaq : des barres horizontales (paugusiq) qui soutiennent le séchoir, celle qui est située le plus près de l’entrée de la maison de neige 10 ;

37kilu : fond de l’igluvigaq 4, 8, extrémité d’un objet, du lit par exemple 5, 13 ;

38mangittaq : peau sur laquelle on plaçait la nourriture lors des repas 4, 6 ;

39naniruaq : mousse imbibée d’huile servant de lampe d’éclairage de fortune dans l’igluvigaq, mèche de lampe, torche, flambeau 4, 5 ;

40naniru(u)ti : lampe-tempête à mèche 4, lampe en membrane de caribou 7 ;

41naqinaq : une maison de neige sans plate-forme (tout ce qui se trouve à l’intérieur est au niveau du sol) 8 ;

42nati : plancher, sol de l’habitation 4, 8 ;

43ninngiq : bloc de neige autour de l’igluvigaq pour renforcer son isolation 4, 9 ;

44paaqtuilitaq : mur de neige de protection devant l’entrée de l’igluvigaq 4 ;

45paugusiq : chacune des barres horizontales fichées dans le mur qui soutiennent le séchoir (in(n)itaq) dans l’igluvigaq 4, 6, 8 ;

46qaat : peaux à fourrure (de caribou, de chien) qui servent pour la paillasse 4 ;

47qariaq : igluvigaq secondaire donnant sur le principal (non sur le porche) 4 ;

48qarmaq : maison semi-souterraine ;

49quliruaq : tout contenant suspendu à un mur ou toute surface élevée où l’on pouvait déposer quelque chose 7 ;

50qulliq : lampe en pierre utilisant du gras de phoque comme combustible 4, 8 ;

51qulliti : le dernier bloc du dôme de l’igluvigaq 4 ;

52sukarutaq : poteau en bois qui soutient verticalement le séchoir (in(n)itaq) dans l’igluvigaq 4, 8 ;

53taalutaq : tout ce qu’on utilise pour voiler quelque chose ou pour se donner de l’ombre 4[(taarutaq, taalitaq) cloth hung about door or tent opening to keep sun out of interior] 8 ;

54tupiq : tente en peau ;

55ukkuaq : porte 4, 5, couvercle 4, porte extérieure constituée d’un bloc de neige apposé la nuit 5 ; ukkaq : entrée de l’igluvigaq (opposé du kilu) 8, entrée de la tente 5 ;

56uati : bord de l’igluvigaq de chaque côté de la porte (opposé au kilu au fond de l’igluvigaq) 4, 5, 6 ;

57ungati : bord de l’igluvigaq sur les côtés de la plate-forme (entre kilu et uati 4, 5, 6, 12 [place on sleeping bench, woman’s corner of sleeping bench] 8.

58Il est à noter qu’une partie de ces termes est analysable linguistiquement : ils apparaissent motivés, c’est-à-dire qu’il existe une certaine transparence du sens entre le terme et l’objet désigné16. Parmi ces formations motivées, mentionnons (voir l’analyse linguistique plus détaillée des termes en annexe) : alliaq, alliniq et a(a)lliraq (alli- : ce qui est situé au-dessous) ; ammaniq (amma- : faire une ouverture) ; avaluk (avat- : autour de) ; igalaaq (iga- : cuisiner [en yupik naukanski, igaliq désigne le trou d’évacuation de la fumée 15]) ; igliti (igliq : plate-forme) ; iglurusiq (iglu : habitation ; -rusiq : secondaire, additionnel) ; initaq (ini- : suspendre, mettre à sécher) ; kangillitaq (kangilliq : le plus à l’intérieur) ; naqinaq (naqi- : qui est bas) ; paaqtuilitaq (paa : entrée ; -ilitaq : protection pour) ; qariaq (qari- : cavité) ; qulaaq, quliruaq, qulliq et qulliti (quli-/qula- : ce qui est situé au-dessus) ; quppiniq (quppi- : couper en deux longitudinalement) ; saa (saa- : devant) ; sukarutaq (sukaq : tout support) ; ungati (unga- : au-delà de).

59On dispose ainsi d’un corpus, certes non exhaustif, de plus d’une cinquantaine de termes se rapportant aux formes nomades de l’habitat inuit de l’Arctique oriental canadien et à divers éléments de son aménagement intérieur. Le corpus proprement architectural renvoie pour une part importante à la représentation anthropomorphique que les Inuit avaient de cet habitat, plus spécifiquement de l’igluvigaq.

Post-sédentarisation et corpus lexical de l’habitat

60Le nouvel habitat, fixe, se présente sous des formes variée : de la maison individuelle ou collective de plain-pied ou à un étage à l’appartement situé dans un immeuble de plusieurs étages, ce dernier type se rencontrant uniquement à Iqaluit. Dans tous les cas, les logements, de taille variable, sont conçus selon le modèle standard occidental, avec des pièces séparées ayant a priori des fonctions distinctes. Comment les Inuit ont-ils investi ces nouveaux espaces domestiques ?

61Examinons comment la terminologie décrit ces nouvelles habitations. De manière générale, face à des innovations matérielles et/ou conceptuelles, les membres d’une culture donnée disposent de plusieurs procédés linguistiques pour désigner les nouvelles réalités. Quatre modes de production lexicale sont envisageable : la lexicalisation, le glissement sémantique, le calque ou l’emprunt direct à une autre langue. La lexicalisation consiste à créer des termes nouveaux à partir des éléments lexicaux et grammaticaux préexistants, tout en respectant la morphologie de la langue. La structure polysynthétique de la langue inuit favorise grandement ce procédé :

[...] les Inuit élargissent leur lexique par disposition d’esprit et par choix culturel, mais il est essentiel de souligner qu’ils sont favorisés par une langue à structure souple dont le fonctionnement repose sur la transformation : le locuteur mobilise certains éléments formateurs de syntagmes et les réorganise, en séquences différentes, productrices de nouveaux sens, étant entendu qu’il le fait selon un ordre prescrit, de sorte que le lexique augmente dans le respect des règles morphophonologiques et morphosyntaxiques. (Therrien 2000, p. 285)

62Pour illustrer ce procédé, citons le cas de majuuti, échelle (i.e. « ce qui sert à monter »). Le glissement sémantique consiste, pour sa part, à étendre et/ou remplacer le nombre de référents désignés par un terme donné. Par exemple, qaaq qui désignait les fourrures pour la plate-forme s’emploie aujourd’hui pour le drap, le dessus de lit. Ce sont les deux procédés les plus fréquemment utilisés dans la production terminologique actuelle en inuktitut (Dorais 1978, 1996 ; Therrien 2000 ; Teveny 2003). Les emprunts directs à une langue autre (essentiellement l’anglais dans le cas inuit) sont peu nombreux et toujours phonétiquement adaptés (comme kavama : gouvernement [government]). Les calques, enfin, qui consistent en une traduction littérale d’un terme étranger (anglais dans le cas inuit) sont marginaux (par exemple, itsivautaq désigne le président de séance [le chairperson en anglais] et signifie littéralement « la chaise »). Dans son étude sur le lexique urbain, Teveny (2003) a recensé, sur un total de quelque 150 néologismes collectés à Iqaluit, 82,5 % de lexicalisations, 10 % de glissements sémantiques, 7,5 % d’emprunts et un seul calque.

63Dans le champ lexical de l’habitat, on constate qu’une part non négligeable du lexique de l’iglu nomade et de son équipement s’est conservé dans le corpus des habitations actuelles. Cette conservation lexicale s’est toutefois souvent, bien que non systématiquement, accompagnée de glissements sémantiques. Ce procédé linguistique compte pour environ 30 % de la terminologie de l’habitat contemporain répertoriée dans cette étude. Le tableau 2 regroupe plusieurs de ces termes, tous d’usage courant (voir notes 17 à 2317,18,19,20,21,22,23).

terme

désignation(s) dans l’habitat nomade

désignation(s) dans l’habitat contemporain

akiti

tout ce qu’on met sous la tête pour dormir

oreiller, coussin 4, 5, 8

alliniq

paillasse, matelas

matelas, couverture inférieure 5, 7, 8, 10

a(a)lliraq

peau, tapis, tout ce qui sert pour déposer quelque chose

tapis, table, banc, grande assiette, planche 4, 6, 8

aummiti

toute pièce de literie

matelas 7, 10, couverture, sac de couchage 13

iga

foyer pour la cuisine

cheminée (âtre) 7, fourneau, four 8, 17

igalaaq

fenêtre

fenêtre 4, 5, 8, vitre, (globe de lampe) 4

igliq

plate-forme pour le couchage

lit 4, 5, 6, 8, 17

iglu

toute habitation [générique] (igluvigaq, qarmaq, tupiq)

toute habitation [générique] (habitation nomade, moderne, édifice, etc.)

iglu(a)rusiq

igluvigaq secondaire donnant sur le principal

pièce de la maison,
chambre 5, 7, 12, 14, 17, 18, 19

ilivvik

place habituelle d’une chose, cache

(ilijjivik/ilitsivik) armoire, étagère, grenier 4, 5, 6, 7, 13, 17, 18

kangiq

trou d’aération

cheminée, ventilation 6, 8

katak

entrée, seuil

entrée, porte 4, 5, 8

mangittaq

peau sur laquelle on plaçait la nourriture lors des repas

table (nappe, plateau) 7, 8

nanir(u)uti, naniruaq

lampe à mèche, éclairage de fortune

lampe à pétrole, à pression, torche électrique 4, 5, 6, 8, 19

natiq

sol

sol, plancher 4, 8, 17

nivinngautaq

crochet auquel on suspendait la marmite au-dessus de la lampe qulliq

porte-manteau (cintre) 7

paa

ouverture, entrée

entrée, porte 4, 6, 8, 17

qaat

fourrures utilisées pour la plate-forme

matelas, drap, dessus de lit 4, 7

qangattauti

crochet auquel on suspendait la marmite au-dessus de la lampe qulliq

porte-manteau (cintre) 4, 7

qariaq

igluvigaq secondaire

chambre, pièce
secondaire 4, 5, 9, 13

qulaaq

toit rapporté de l’igluvigaq (en peau)

grenier, toit, étage,
plafond 4, 5, 8, 9, 20

qulliq

lampe en pierre utilisant du gras de phoque comme combustible

lampe à pression, lampe électrique 7

quliruaq (qulirruaq, qulirrujaq)

contenant suspendu à un mur, toute surface élevée pour déposer quelque chose

étagère 4, 5, 7, 8

qurvik

pot de chambre

pot de chambre,
toilette 5, 6, 7, 17, 20

saa

table pour la lampe, espace devant la lampe

table, bureau (meuble) 4, 6, 8, 20

saniuti

plumeau (fait avec une aile d’oie)

balai 4, 8

taalutaq, taluaq

ce qui sert à voiler ou à produire de l’ombre

rideau, store 4, 6, 12

tupiq

tente en peau

tente en toile 4, 8

tuqsuuk

porche, tunnel d’accès à l’igluvigaq

porche, corridor, vestibule, entrée 4, 5, 8, 14, 17

tuqsutaq/tuqluaq

conduit d’aération pratiqué au sommet de l’igluvigaq

conduit de cheminée, tuyau de poêle 4, 5, 6, 7, 8

ukkuaq

porte extérieure de l’igluvigaq

porte 4, 5

ukkusik

marmite en pierre suspendue au-dessus de la lampe

marmite, chaudron,
casserole 4, 5, 7

Tableau 2. — Conservation lexicale entre l’habitat nomade et l’habitat contemporain.

64Remarquons ainsi que, selon les communautés et/ou les contextes du discours 21, le sens de a(a)lliraq glisse de « tout ce qui sert à déposer quelque chose » vers « tapis, table, banc, grande assiette ou planche », celui de iga va de « foyer pour la cuisine » à « cheminée, four, fourneau » et celui de qulaaq de « toit rapporté de la maison de neige » à « toit de la maison, grenier, plafond ou étage ». En fait, la plupart des termes repris dans le tableau 2 désignent aujourd’hui des réalités qui sont nouvelles non dans leurs fonctions, mais plutôt dans leurs formes. Plus qu’un « glissement sémantique », il faudrait sans doute parler d’une « extension sémantique ».

65Dans cette même catégorie des variations sémantiques, il faut également indiquer les cas, assez peu nombreux semble-t-il, où le terme d’origine appartient à un champ lexical autre que celui de l’habitat :

66iglinaq : c’est le nom de tout ce qui présente un plan horizontal élevé (rebord de falaise, pli de terrain) ; aujourd’hui, ce terme désigne également le balcon, les degrés d’un escabeau, les étagères 4, 5, 7, 8 [analogie de forme] ;

67matu : couvercle, ce qui sert à couvrir ; il s’emploie actuellement au Nunavut pour également désigner la porte 8, 20 [analogie de fonction] ;

68pullaq : désignant originellement la bulle d’air, s’utilise également aujourd’hui au Nunavik pour l’ampoule électrique 7 [analogie de forme] ;

69qaliriit : plusieurs choses empilée ; désigne également aujourd’hui les étagères, le placard 10 [sorte de relation métonymique contenant/contenu] ;

70quliariik : deux choses l’une sur l’autre ; peut désigner aujourd’hui deux étages d’une maison 7 [analogie de forme].

71La lexicalisation reste cependant, à l’instar de ce qui a été mis en évidence pour le lexique urbain par Teveny (2003), le mode dominant de production de la terminologie architecturale contemporaine : on compte environ 70 % de néologismes dans ce domaine. Un grand nombre d’exemples sont rassemblés dans le tableau 3.

adresse

iglumut naasauti 22

baignoire

irmivik 7, 8, ilunnaniarvik 4, uvingniarvik 17,
uvininniarvik 7, 20, uvvavik 7

balcon

aniirvik 7, 17, aniiqtuarvik 20, aniirajarvik 7,
paammivik 22, utiqtavik 7 [iglinaq 7]

banc

alliraujaq 8, naggavik 8 [aalliraq 8]

bassine, cuvette

uasarvik 6, uvvaviapik 10, uvvavik 4

bibliothèque (meuble)

aglakuvik 7, aglaqauti 7, aglatalik 7

bougie, chandelle

ikumajaq 4, 8, napataq 5, 8, paqqujaq 4, 5, patiujaq 5, 6, 17

bureau (meuble)

amujaqtulik 7 [saa 4, 7, 8, 20]

chaise, siège, fauteuil

iksivautaq 4, 6, 8, 17, 18

chambre

iglutaq 8, sinivvik 7 [iglu(a)rusiq 5, 7, 12, 14, 18, 19,
qariaq 4, 5, 9, 13]

cheminée (âtre)

ikualatsivik 7, ikualavik 7, kiaksauti 7 [iga 7]

cheminée, tuyau de poêle

isiriguti 5, 7, 8 [kangiq 6, 8, tuqluaq 6, 8, 17, tuqsutaq 4, 5]

couloir, corridor

sullukutaaq 6, 7, 20, tuqsukattaq 10, tuqsuukutaaq 7 [tuqsuuk 4, 5, 8]

cuisine

igalik 4, 5, igavik 4, 5, kuuqarvik 17, 18, 20

décoration murale (photos, crucifix, etc.)

akinnamiutatsaq 4

douche

irmiuti 7, irmivik 7, ilunnaniarvik 4, qurlutuq 7, qurluvik 7, siqijaqtuq (kuvijuq) 7, uvininniarvik 20, uvvaruti 7, uvvavik (kuvijuq) 7

échelle

majurauti 4, 8, majuuti 4, majuqarvik 10, majuarvik 7

électricité

uaja 17 [ikuma 4, 7]

entrée

anivik 4, 5, 9, itirvik 4, 5, 8, 17, 20 [tuqsuuk 17]

escalier

majurauti 4, 6, 8, 17, 20, majuqarvik 10, majuarvik 7,
majuuti 7

étage(s)

[quliariik 7, quliriit 5, 20, quliriilik 6, qulaaq 7, 9]

étagère

iglinaujaq 7, ilijjivik 5, 6, 17, qulirussivik 7 [iglinaq 4, 5, 7, 10, quliruaq 4, 8]

évier, lavabo

irmivik 7, irruturvik 7, uasarvik 6, 20, uvvavik 7

grenier

ilijjivik 7 [qulaaq 4, 20(igluup qulaanga)]

interrupteur électrique

ikumavik 4, qamissiuti 7, qamittauti 7

jardin

piruqsiivik 4, 7, 8, 22

lampe (électrique), lanterne, ampoule

ikumajaq 7, qaumajuuq 4, 8, qaummaqquti 6, 17, qullialuk 7 [ikuma 4, 7, nanir(u)ut(i) 4, 5, 6, 7, 8, 19, naniruaq 4, 7, 8, qulliq 7]

lit

inagvik 8, sinivvik 5, 6, 14 [igliq 4, 5, 6, 8, 17]

lits superposés

quliriik igliq 14

machine à laver

annuraanut uasarvik 17, irmiuti 7, irmigut 8, uvvaruti 7, uvvarutialuk 7, uvvavialuk 4, uvvavik 7

maison moderne

iglualuk 10, igluruaq 10, iglujuaq 5, 7, 8, 9, iglullarik 12, 19, iglutuinnaq 12

maison rudimentaire à une pièce (« match box house »)

sikkittaruluk 19, iluviq 23 (voir également note 24 24)

matelas

allinialuk 13, qaaraaluk 7 [alliaq 17, alliniq 5, 10, aummiti 7, qaat 7]

mur

[avaluk 22, akinnaq 4, 5, 6, 17]

paillasson

alurluijarvik 4

placard, armoire

ilijjivik 5, 13 / ilitsivik 18, matuitarvik 20, nivingavvik 8, ukkuitaqtuq 10 [qaliriit 4]

plafond

igluup qulaa 8

poêle de cuisine, four, chaudière, radiateur

aumaliursirvik 8, aumaliurvik 10, kiaksauti 4, 8, kiappalassauti 7, paqqaaruti 7, urquusisauti 4

poignée de porte

matuirvik (matuirviruluk) 14, tigulik 7, tiguvvik 8, 10, ukkuarauti 7, ukkuaruti 7, ukkuiruti 4

porte (entrée)

[katak 4, 5, 8, matu8, 20, paa 4, 6, 8, 17, ukkuaq 4, 5]

porte-manteau, penderie, cintre

annuraakkuvik 6, 7, nivinnga(g)uti 5, 7, nivinngavik 7, qangattavik 7 [nivinn gautaq 7, qangattauti 4]

poubelle

sanikkuvik 7, saniqauti 7

prise de courant

ikumamuurvik 7, kappujarvik 7, kapputiguti 10, kapputittavik 7, kapputivik 10, kautittavik 7, kautivik 8

réfrigérateur

niglinaqtukkuvik 17, nillinaqtuqauti 7, quakkuvik 6, 7, 17, quaqauti 7, quangusivvik 8

revêtement de sol, linoléum

natiksaq 8, natiksajaq 7

robinet

kuvi(g)uti 7, kuvivik 7

rocking-chair

aulaguti 7, aulajartuq 7, vavaaruti 10

salle de bain

irmigiaqtuvik 7, uasarvik 5, uvininniarvik 18, uvvavik 5, 7, uvvariaqtuvik 7

salon

pigaarvik 7, pulaarvik 7, 8, 10, 17, 18, 20

sofa, canapé

inagvik 8, iksivautaq 20, iksivautakutaaq 7, 18, iksivautaaluk 6, 7, 17, nallavik 7

table

a(a)lliraujaq 4, 8, naggavik 8 [a(a)lliraq 4, 8, kipu 6, 17, mangittaq 7, 8, saa 4, 6, 8, 19, 20]

tapis

natiraq 8, 20, tulliraq 4 [alliraq 4, natiq 18]

toilettes

anarvik 7, 8, 17, 18, anariaqtuvik 4 [qurvik 5, 6, 7, 17, 20]

toit

igluup qaanga 4, 22 [qulaaq 5, 7, 13, 20]

Tableau 3. — Corpus de l’habitat contemporain créé par lexicalisation (les termes figurant entre crochets sont des glissements sémantiques issus du lexique préexistant. Ils sont donnés à nouveau ici pour présenter l’éventail des désignations possibles d’un même objet).

72Un grand nombre des termes regroupés dans le tableau 3 renvoient à des fonctions nouvelles (baignoire, balcon, douche, escalier, salon, sofa, etc.) et non pas seulement, comme souvent dans le cas du glissement sémantique, à des formes nouvelles de réalités préexistantes. Remarquons également que deux termes figurant dans ce tableau sont issus d’une lexicalisation sur une base empruntée à l’anglai :

73kuuqarvik : cuisine, est probablement construit sur kuu-, de l’anglais cook, cuisinier [à bord des bateaux, dans les bases militaires, etc.] ; la cuisine est donc « le lieu où il y a un cuisinier » (Therrien, communication personnelle) ;

74vavaaruti : rocking-chair ; formé à partir de vavaaq- : se balancer, de l’anglais to wave, s’agiter ; le rocking-chair est donc « ce qui sert à se balancer ».

75Dans le processus de lexicalisation, certains morphèmes sont utilisés de façon récurrente afin de former, sur le plan sémantique, trois catégories de terme : 1) ceux qui expriment la fonction du désigné, 2) ceux qui décrivent son apparence et 3) ceux qui l’assimilent à un élément de la culture dite traditionnelle (Dorais 1996, p. 161) :

761) -uti : « ce qui sert à » et ses variantes (i.e. -guti, -ruti, -kkuti, -jjuti, -siti, -siuti) expriment l’utilité de l’objet désigné ; c’est le morphème qui produit le plus de néologies inuit ; citons, par exemple, majurauti : escalier, i.e. « ce qui sert habituellement à monter » ou ukkuiruti : poignée de porte, i.e. « ce qui sert à ouvrir » ;

77-vik : « l’endroit ou le moment » (notion d’espace ou de temps) exprime, dans le champ lexical de l’habitat, l’endroit où un procès s’accomplit ; il est abondamment utilisé comme dans sinivvik : lit, chambre, i.e. « là où on dort » ;

78-qauti : « contenant » ; par exemple quaqauti : réfrigérateur, i.e. « ce qui contient quelque chose de gelé » ;

79-ksaq : « qui peut servir à, matière pour » ; par exemple natiksaq : linoléum, i.e. « matériel pour le sol » ;

802) -ujaq : « qui ressemble à » et -nnguaq : « imitation de » expriment l’apparence du désigné ; par exemple iglinaujaq : étagère, i.e. « ce qui ressemble à une surface horizontale » ;

813) la troisième catégorie comprend les éléments formés par addition à un terme désignant un élément de l’architecture ou de la technologie pré-contacts d’un morphème augmentatif/mélioratif (dont -aluk : « grand, puissant », -jjuaq : « grand par excellence, de qualité supérieure », -kutaaq/-rutaaq : « long », -mmarik : « grand, véritable ») ou diminutif/péjoratif (-apik : « petit », -laaq : « tout petit », -ruluk : « petit [péjoratif] ») ; certains morphèmes marquent l’appartenance (par exemple -lik : « pourvu de », -taq : « qu’on possède », -jaq : « partie de »). On peut en fait considérer les éléments de cette dernière catégorie comme étant le résultat d’un processus intermédiaire entre lexicalisation et glissement sémantique : il s’agit bien de la création d’un néologisme, mais sur la base d’un terme appartenant au lexique préexistant, ce qui conduit à une extension de sens tout en restant à l’intérieur du même champ d’expérience. On y trouve des termes tels que allinialuk (matelas d’importation), iglujuaq (maison moderne), qullialuk (lampe actuelle) ou encore tuqsuukutaaq (couloir).

Conclusion

82On peut conclure de cette analyse que l’habitat nomade est, par l’intermédiaire du lexique, toujours présent. Les Inuit ont su mobiliser les possibilités qu’offre leur langue pour réduire symboliquement la distance existant entre les deux types d’habitat. Ils ont ainsi mis en œuvre un processus linguistique par lequel un grand nombre d’éléments lexicaux participant de la désignation de l’habitat nomade ont été intégrés au corpus de l’habitat contemporain, par le biais du glissement ou de l’extension sémantiques. La lexicalisation a en outre permis d’ajuster la terminologie aux réalités nouvelles, tout en respectant la morphosyntaxe de la langue. À notre sens, l’activité néologique au Nunavik et au Nunavut oriental traduit davantage une forme d’appropriation du nouvel environnement domestique qu’un témoignage de la rupture entre deux types d’espace domestique, comme le suggère Collignon (2001)25. À ce stade de l’étude, on peut déjà parler d’appropriation linguistique de l’habitation contemporaine. Nous montrerons dans un développement ultérieur de ce travail qu’il existe également une autre forme d’appropriation liée au mode d’occupation de la maison moderne.

83Bien qu’imposée de l’extérieur par un système de pensée autre, la maison moderne n’est sans doute pas ou plus une réalité étrangère pour les Inuit : c’est l’iglujuaq, la maison par excellence grâce à ses qualités d’isolation, d’espace, etc., c’est-à-dire la maison de qualité supérieure.

84Nuançant le point de vue communément entendu selon lequel il y aurait uniformisation de la vie matérielle et des modes de consommation sous l’effet de la mondialisation, Formoso (2001, p. 28) avance qu’en fait : « D’une société à l’autre l’utilité reconnue aux objets, y compris les plus nouveaux et spécialisés, ainsi que leur statut et leur encodage symbolique varient en fonction de logiques culturelles pré-établies qui conditionnent leur adoption et qu’en retour ils ne modifient qu’à la marge ». Il nous semble que cet énoncé s’applique parfaitement à l’adoption de l’habitat occidental contemporain par les Inuit, étant entendu que des disparités régionales existent26.

ANNEXE – Analyse linguistique des termes cités

85Abréviations utilisée :

86NOD : terme qui dans le champ lexical de l’habitat n’est utilisé, semble-t-il, que pour l’habitat nomade
GLI : glissement lexique
LEX : terme créé par lexicalisation
EPT : terme issu d’un emprunt à une autre langue
nomin. : nominalisation
spécif. : spécificateur
sing. : singulier
plur. : pluriel
poss. : possessif
Le sens littéral du terme est donné entre crochet ; le signe (?) indique une proposition incertaine.

a(a)lliraq : alli-, ce qui est situé le plus en dessous (de ati-, dessous ; -lliq, le plus dans une position) ; -ra-, zone ou partie (dans une direction) ; -q, spécif. (sing.) [la zone située le plus en dessous]

GLI

tout ce qui sert à déposer quelque chose (peau, planche), tapis, table, banc

a(a)lliraujaq : a(a)lliraq, ce qui sert à déposer quelque chose ; -uja-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [ce qui ressemble à ce qui sert à déposer quelque chose]

LEX

table, banc

aki : aki-, opposé à (localisateur)

NOD

dans l’igluvigaq, plate-forme latérale pour les lampes

akinnamiutatsaq : akinnaq, mur ; -mi-, locatif ; -u-, existence ; -taq-, appartenance ; -tsa-, destiné à ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est destiné à être sur le mur]

LEX

décoration murale

akinnaq : aki-, opposé à (localisateur) ; -na-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est opposé]

GLI

flanc de montagne, côté d’objet, mur

akiti : aki-, opposé à (localisateur)

GLI

tout ce qu’on met sous la tête pour dormir, oreiller, coussin

allakuvik : allaq, livre ; -kkut, translatif (groupe de) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -kkuvik, lieu pour, récipient à) [là où il y a un ensemble de livres]

LEX

bibliothèque (meuble)

allaqauti : allaq, livre ; -qaq-, avoir ; -uti, qui sert à (i.e. -qauti, contenant) [ce qui contient des livres]

LEX

bibliothèque (meuble)

allatalik : allaq, livre ; -taq-, appartenance ; -li-, pourvu de ; -k, spécif. (sing.) [ce qui a des livres]

LEX

bibliothèque (meuble)

alliaq : alli-, ce qui est situé le plus en dessous (de ati-, dessous ; -lliq, le plus dans une position) ; -aq, qui ressemble à (?) [ce qui est en dessous]

NOD

paillasse (en particulier faite de branchages)

allinialuk : alliniq, matela ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [le grand matelas]

LEX

matelas d’importation

alliniq : alli-, ce qui est situé le plus en dessous (de ati-, dessous ; -lliq, le plus dans une position) ; -ni-, le fait de ; -q, spécif. (sing.) [le fait d’être le plus au-dessous]

GLI

paillasse, matelas, couverture du dessous

alurluijarvik : aluq, plante du pied, semelle ;
-luk, mauvais (i.e. alurluk, saletés sous les semelles) ; -ijaq-, privatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on enlève les saletés adhérant aux semelles, i.e. où on frotte le dessous de ses chaussures]

LEX

paillasson

ammaniriik : amma-, faire une ouverture ; -ni-, le fait de (i.e. ammaniq, trou, sortie) ; -riik, marque de la mutualité, au duel [les deux qui partagent une sortie]

NOD

deux maisons de neige avec sortie commune

amujaqtulik : amu-, tirer vers soi ; -jaq-, fréquentatif ; -tu-, nomin. (i.e. amujaqtuq, tiroir) ; -li-, pourvu de ; -k, spécif. (sing.) [qui est pourvu de choses fréquemment tirées vers soi (tiroirs)]

LEX

bureau (meuble)

anariaqtuvik : anaq-, déféquer ; -riaq-, aller faire, se mettre à ; -tu-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -riaqtuvik, lieu où on va) [là où on va fréquemment déféquer]

LEX

toilettes

anarvik : anaq-, déféquer ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on défèque]

LEX

toilettes

aniiqtuarvik : aniiq-, sortir et rester dehors ;
-tuaq-, faire longtemps ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on sort et reste longtemps dehors]

LEX

balcon

aniirajarvik : aniiq-, sortir et rester dehors ;
-rajaq-, conditionnel ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on peut sortir et rester dehors]

LEX

balcon

aniirvik : aniiq-, sortir et rester dehors ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on sort et reste dehors]

LEX

balcon

anivik : ani-, sortir ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on sort]

GLI

sortie (entrée)

annuraakkuvik : annuraaq, vêtement ; -kkut, translatif (groupe de) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -kkuvik, lieu pour, récipient à) [là où il y a un ensemble de vêtements]

LEX

porte-manteau, penderie

annuraanut uasarvik : annuraaq, vêtement ; -nut, allatif ; uasarvik, là où on lave (cf. l’analyse de uasarvik) [endroit où on lave pour les vêtements]

LEX

machine à laver

aulaguti : aula-, se mouvoir ; -guti, qui sert à [ce qui sert à se mouvoir]

LEX

rocking-chair

aulajaqtuq : aula-, se mouvoir ; -jaq-, fréquentatif ; -tu-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [qui se meut à plusieurs reprises]

LEX

rocking-chair

aumaliursirvik : auma, feu, braise ; -liuq-, fabriquer ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on fait du feu, des tisons]

LEX

poêle, fourneau

aummiti : aummisiq-, aller au lit

GLI

toute pièce de literie, matelas

auviq

NOD

bloc de neige pour maison de neige

avaluk : avat-, autour de ; -lu-, lieu ou chose (pour une action) ; -k, spécif. (sing.) [ce qui entoure]

GLI

limite extérieure d’un objet, cadre, mur, clôture

avvaq : avvaq, moitié, lié à avik-, diviser, séparer en deux [peau supérieure par rapport à la peau inférieure]

NOD

peau de dessus pour la literie

iga : iga-, cuire, cuisiner [là où on cuit]

GLI

foyer, cheminée (âtre)

igalaaq : iga-, cuire, cuisiner

GLI

fenêtre, vitre

igalik : iga, foyer pour cuire ; -li-, pourvu de ; -k, spécif. (sing.) [ce qui a un foyer pour cuire]

LEX

cuisine

igavik : iga-, cuire, cuisiner ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on cuisine]

LEX

cuisine

iglinaq : igliq, plate-forme de couchage ; -na-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [plan qui ressemble à une plate-forme] (?)

GLI

plan horizontal élevé, armoire, balcon, étagère

iglinaujaq : iglinaq, plan horizontal ; -uja-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [ce qui ressemble à une surface horizontale]

LEX

étagère

igliq : pourrait être relié à ingit-, s’asseoir (?)

GLI

plate-forme, lit

igliti : relié à igliq, plate-forme (?)

NOD

section verticale du mur de l’igluvigaq, montant de bois soutenant le mur de la tente

iglu : pourrait être relié à ilu, intérieur de

GLI

toute habitation

iglualuk : iglu, habitation ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [la grande maison]

LEX

maison moderne

iglujuaq (igluruaq) : iglu, habitation ; -jjua- (-rua-), grand, par excellence ; -q, spécif. (sing.) [la maison de qualité supérieure]

LEX

maison moderne

iglullarik : iglu, habitation ; -llari-, vrai, véritable ; -k, spécif. (sing.) [la véritable maison]

LEX

maison moderne

iglumut naasauti : iglu, habitation ; -mut, allatif ; naasa-, compter ; -uti : qui sert à [ce qui sert à compter pour la maison]

LEX

adresse

iglurusiq : iglu, habitation ; -rusi-, partie d’un ensemble plus grand, additionnel ; -q, spécif. (sing.) [partie d’habi-tation]

GLI

igluvigaq secondaire, pièce, chambre

iglutaq : iglu, habitation ; -ta-, partie de ; -q, spécif. (sing.) [partie d’habitation]

LEX

chambre

iglutuinnaq : iglu, habitation ; -tuinna-, uniquement, simplement ; -q, spécif. (sing.) [une simple habitation]

LEX

maison moderne

igluup qaanga : iglu, habitation ; -up, relateur ; qaa-, la surface extérieure, le sommet ; -nga, poss. (3e p. sing.) [le dessus extérieur de la maison]

LEX

toit

igluup qulaa : iglu, habitation ; -up, relateur ; qula-, l’espace au-dessus ; -a, poss. (3e p. sing.) [le dessus de la maison]

GLI

plafond, partie supérieure de la maison

igluvigaq : iglu, habitation

NOD

maison de neige

iksivautaaluk : iksiva-, être assi ; -uta-, qui sert à (i.e. iksivautaq, siège) ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [le grand siège]

LEX

sofa, canapé

iksivautakutaaq : iksiva-, être assi ; -uta-, qui sert à (i.e. iksiva-yutaq, siège) ; -kutaa-, long ; -q, spécif. (sing.) [le long siège]

LEX

sofa, canapé

iksivautaq : iksiva-, être assi ; -uta-, qui sert à ;
-q, spécif. (sing.) [ce qui sert à s’asseoir]

LEX

siège, chaise, fauteuil, sofa, canapé

ikualatsivik : ikuala-, flamber (de ikit-, brûler) ; -tsi-, faire ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on fait flamber quelque chose]

LEX

cheminée (âtre)

ikualavik : ikuala-, flamber, -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça flambe]

LEX

cheminée (âtre)

ikuma : ikit-, brûler ; -ma-, aspecto-temporel exprimant l’achevé (ikuma-, brûler avec des flammes)

GLI

feu, ampoule, électricité

ikumajaapik : ikuma, feu ; -ja-, partie de ; -api-, petit ; -k, spécif. (sing.) [le petit morceau de feu]

LEX

bougie, chandelle

ikumajaq : ikuma, feu ; -ja-, partie de ; -q, spécif. (sing.) [morceau de feu, d’électricité]

LEX

ampoule, bougie, chandelle, électricité

ikumamuurvik : ikuma, électricité ; -muuq-, aller vers, agir par ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça fonctionne à l’électricité]

LEX

prise de courant

ikumavik : ikuma, électricité ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où il y a l’électricité]

LEX

interrupteur électrique

ilijjivik (ilitsivik) : ili-, mettre, placer, emmagasiner ; -tsi-, en vue de ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on conserve des choses] ; ilivvik, place habituelle d’une chose, cache

LEX

grenier, placard, armoire, étagère

ilunnaniarvik : ilunna-, l’ensemble ; -niaq-, s’occuper de ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on s’occupe de l’ensemble (du corps)]

LEX

baignoire, douche

iluviq : ilu-, intérieur de ; le glissement sémantique traduit la dimension réduite des premières maisons « moderne »

GLI

tombe, maison rudimentaire (« match-box house »)

inagvik : inak-, être couché sur le côté ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on se couche sur le côté]

LEX

lit, sofa, canapé

inaluujait : inaluk, intestin grêle ; -uja-, qui ressemble ; -it, spécif. (plur.) [les choses qui ressemblent à l’intestin grêle]

NOD

bande de toile transversale de la tente

initaq : ini-, suspendre pour sécher ; -ta-, nomin. (passif) ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est suspendu pour sécher]

NOD

séchoir au-dessus de la lampe

irmigiaqtuvik : irmi-, (se) laver ; -giaq-, se mettre à ; -tu-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -giaqtuvik, lieu où on va) [là où on va fréquemment se laver]

LEX

salle de bain

irmiuti (irmigut) : irmi-, (se) laver ; -uti (-gut), qui sert à [ce qui sert à (se) laver]

LEX

douche, machine à laver

irmivik : irmi-, (se) laver ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on se lave]

LEX

baignoire, douche, évier, lavabo

irruturvik : irruq-, rincer ; -tuq-, nomin. ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on rince quelque chose]

LEX

évier, lavabo

isiriguti : isiq, fumée ; -ri(ttuq)-, avoir en abondance ; -guti, qui sert à [ce qui sert à avoir beaucoup de fumée]

LEX

cheminée (conduit)

itirvik : itiq-, entrer ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on entre]

GLI

entrée

kajjiq

NOD

sommet du dôme de l’iglu-vigaq, sommet du crâne

kangillitaq : kangi-, la partie solide de quelque chose, en direction de l’intérieur ; -lliq, orienté le plus dans une direction (kangilliq s’oppose à killiq) ; -ta-, partie ; -q, spécif. (sing.) [la partie qui est le plus vers le fond]

NOD

barre horizontale (paugusiq) qui soutient le séchoir, située le plus à l’intérieur de la maison de neige

kangiq : kangi-, la partie solide de quelque chose (?)

GLI

trou d’aération, ventilation, cheminée

kappujarvik : kappu-, se planter, se ficher ; -jaq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça se plante souvent]

LEX

prise de courant

kapputiguti : kapputi-, être planté, fiché ; -guti, qui sert à [ce qui sert à être fiché]

LEX

prise de courant

kapputittavik : kapputi-, être planté, fiché ; -ttaq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où c’est souvent fiché]

LEX

prise de courant

kapputivik : kapputi-, être planté, fiché ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où c’est fiché]

LEX

prise de courant

katak : katak-, tomber de haut, descendre

GLI

entrée, seuil, porte

kautittavik : kauti-, enfoncer, enfiler (sur objet oblong) ; -ttaq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça s’enfile souvent]

LEX

prise de courant

kautivik : kauti-, enfoncer, enfiler (sur objet oblong) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça s’enfile]

LEX

prise de courant

kiaksauti : kiak-, chauffer ; -saq-, le faire, travailler à ; -uti, qui sert à [ce qui sert à chauffer quelque chose]

LEX

cheminée (âtre), poêle de cuisine, four

kiappalassauti : kiappalak-, se réchauffer (l’air) ; -saq-, travailler à, le faire ; -uti, qui sert à [ce qui sert à faire que l’air se réchauffe]

LEX

poêle de cuisine, four, radiateur

killitaq : kit-, en avant, en direction vers la mer ; -lliq, orienté le plus dans une direction (killiq s’oppose à kangilliq) ; -ta-, partie ; -q, spécif. (sing.) [la partie qui est le plus vers la mer, i.e. vers l’entrée de la maison]

NOD

barre horizontale (paugusiq) qui soutient le séchoir, située le plus près de l’entrée de la maison de neige

kilu : exprime la notion de zone arrière ; relié à kigli-, bord, limite (?)

NOD

fond de la maison de neige

kipu

GLI

table

kuuqarvik : kuu-, cuisinier (de l’anglais cook, cuisinier [ceux des bases militaires, des bateaux, etc.]) ; -qaq-, avoir ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où il y a un cuisinier]

EPT
+
LEX

cuisine

kuvi(g)uti : kuvi-, couler ; -(g)uti, qui sert à [ce qui sert à couler]

LEX

robinet

kuvivik : kuvi-, couler ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça coule]

LEX

robinet

majuarvik : majuaq-, monter ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on monte]

LEX

échelle, escalier, escabeau

majurarvik : maju-, monter, s’élever ; -raq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on monte fréquemment]

LEX

échelle, escalier

majurauti : maju-, monter, s’élever ; -raq-, fréquentatif ; -uti, qui sert à [ce qui sert habituellement à monter]

LEX

échelle, escalier, ascenseur

majuuti : maju-, monter, s’élever ; -uti, qui sert à [ce qui sert à monter]

LEX

échelle, escalier, escabeau

mangittaq : peut-être relié à mangik-, déchirer avec les dents (?) ; manga-, enlever le gras de la peau de baleine

GLI

peau sur laquelle était placée la nourriture, table, bureau, plateau, assiette

manuaq : manu, partie sous-mentale ; -a-, qui ressemble à ; -k, spécif. (sing.) [qui ressemble à la zone sous le menton]

NOD

seuil intérieur de la maison de neige

matu : matu-, couvrir, fermer

GLI

couvercle, porte

matuirvik (matuirviruluk) : matu-, couvrir, fermer ; -iq-, privatif (i.e. matuiq-, ouvrir) ; -vi-, lieu ; -rulu-, petit ; -k, spécif. (sing.) [le petit endroit pour ouvrir la porte]

LEX

poignée de porte

matuitarvik : matu-, couvrir, fermer ; -iq-, privatif (i.e. matuiq-, ouvrir) ; -taq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [un endroit qui est souvent ouvert]

LEX

placard, armoire

naggavik : nagga-, (?) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.)

LEX

table, banc

nallavik : nalla-, s’étendre ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on s’étend]

LEX

sofa, canapé

naniru(u)ti : naniq-, lampe, éclairage (de nanivaa, il trouve ce qu’il cherchait ou nanippaa, il en extrait l’huile en le battant) ; -uti, qui sert à [ce qui sert à éclairer]

GLI

lampe à mèche, lanterne

naniruaq : naniq-, lampe, éclairage (de nanivaa, il trouve ce qu’il cherchait ou nanippaa, il en extrait l’huile en le battant) [ce qui sert à éclairer] ; naniruaqpaa, il l’éclaire

GLI

éclairage de fortune dans l’igluvigaq, mèche de lampe à pétrole, bougie, torche

napataq : napa-, se tenir debout ; -ta-, nomin. (passif) ; -q, spécif. (sing.) [une chose qui se tient verticalement]

LEX

bougie, chandelle

naqinaq : naqi-, qui est bas, peu élevé ; -na, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [une chose qui est basse]

NOD

maison de neige sans plate-forme (tout l’intérieur est au niveau du sol)

natiksajaq : natiq, sol ; -ksaq, destiné à, matériel pour ; -ja-, matière ; -q, spécif. (sing.) [matière destinée à recouvrir le sol]

LEX

revêtement de sol

natiksaq : natiq, sol ; -ksa-, destiné à, matériel pour ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est destiné au sol]

LEX

revêtement de sol

natiq

GLI

sol, plancher, tapis

natiraq : natiq, sol ; -ra-, zone, partie ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est lié au sol]

LEX

tapis

niglinaqtukkuvik : nigli-, froid ; -naq-, causatif ; -tu-, nomin. ; -kkut, translatif (groupe de) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -kkuvik, lieu pour, récipient à) [un lieu qui produit du froid]

LEX

réfrigérateur

nillinaqtuqauti : nilli-, froid ; -naq-, causatif ; -tu-, nomin. ; -qaq-, avoir ; -uti, qui sert à (i.e. -qauti, contenant) [un contenant qui produit du froid]

LEX

réfrigérateur

ninngiq : nimiq-, enrouler, envelopper

NOD

bloc de neige autour de la maison de neige

nivinnga(g)uti : nivinnga-, suspendre quelque chose ; -uti-, qui sert à [ce qui sert à suspendre quelque chose]

LEX

porte-manteau (patère)

nivinngautaq : nivinnga-, suspendre quelque chose ; -uta-, qui sert à ; -q, spécif. (sing.) [ce qui sert à suspendre quelque chose]

GLI

crochet au-dessus de la lampe, porte-manteau, cintre

nivinngavik (nivingavvik) : nivinnga-, suspendre quelque chose ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on suspend quelque chose]

LEX

placard, armoire, porte-manteau (cintre, patère)

paa

GLI

toute ouverture, porte

paammivik : paamma-, être à plat (sur le sol) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [l’endroit qui est à plat (horizontal)] (?)

LEX

balcon

paaqtuilitaq : paaqtuq-, le vent souffle droit sur l’entrée de l’igluvigaq (de paaq-, rencontrer [relier à paa, entrée (?)]) ; -ilita-, protection contre ; -q, spécif. (sing.) [ce qui protège du vent]

NOD

mur de protection devant l’entrée de l’igluvigaq

paqqaaruti : paqqaa-, produire de la chaleur ; -ruti, qui sert à [ce qui sert à produire de la chaleur]

LEX

poêle de cuisine, four, chaudière, radiateur

paqqujaq : paqquti, récipient à moelle ; -uja-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [qui ressemble à un récipient à moelle]

LEX

bougie, chandelle

patiujaq : patiq, moelle ; -uja-, qui ressemble à ; -q, spécif. (sing.) [qui ressemble à de la moelle]

LEX

bougie, chandelle

paugusiq : relié à pauguaq qui désigne tout piquet, quelque chose fichée en terre pour en tenir une autre ; pauktuaq, peau mise à sécher en la fichant au sol avec de petits piquets

NOD

chacune des barres horizontales qui soutiennent le séchoir dans l’igluvigaq

pigaarvik : pigaaq-, veiller tard ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on veille tard]

LEX

salon

piruqsivik : piruqsi-, pousser, croître ; -vi-, lieu ;  -k, spécif. (sing.) [là où des choses poussent]

LEX

jardin, champ cultivé, serre

pulaarvik : pulaaq-, rendre visite ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on rend visite]

LEX

salon

pullaq : probablement relié à puvi-, gonfler, enfler

GLI

bulle d’air, ampoule électrique

qaaq : qaa-, dessus, surface de quelque chose

GLI

fourrure pour la plate-forme, drap, dessus de lit, matelas

qaaraaluk : qaaq, fourrure pour la plate-forme ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [la grande fourrure]

LEX

matelas

qaliriit : qali-, ce qui est situé au-dessus, qui recouvre (de qaa-, dessus, sommet, surface de quelque chose) ; -riit, marque de la mutualité, au pluriel [plusieurs choses empilées]

GLI

des choses les unes sur les autres, étagères, placard

qamissiuti : qamik-, éteindre ; -siuti, qui sert à [ce qui sert à éteindre quelque chose]

LEX

interrupteur électrique

qamittauti : qamik-, éteindre ; -taq-, fréquentatif ; -uti, qui sert à [ce qui sert souvent à éteindre quelque chose]

LEX

interrupteur électrique

qangattauti : qangatta-, monter, soulever ; -uti, qui sert à [ce qui sert à ce que ça monte, i.e. ce qui sert à ce que le vêtement soit accroché à un endroit en hauteur]

LEX/ GLI

crochet de la marmite au-dessus de la lampe, porte-manteau (cintre)

qangattavik : qangatta-, monter, soulever ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça monte, i.e. là où le vêtement est en hauteur]

LEX

porte-manteau

qariaq : qari-, cavité

GLI

igluvigaq secondaire, chambre

qarmaq

NOD

maison semi-souterraine

qaumajuuq : qauma-, éclairer ; -juu-, habitude de ; -q, spécif. (sing.) [ce qui a l’habitude d’éclairer]

LEX

lampe, lanterne

qaummaqquti : qaumma-, éclairer, illuminer ; -quti, qui sert à [ce qui sert à éclairer]

LEX

lampe électrique

qilak

NOD

dôme de l’igluvigaq, palais buccal, voûte céleste

qimirluguti : qimirluk, colonne vertébrale ; -guti, sert à, relié à [ce qui sert de colonne vertébrale]

NOD

bois longitudinal au faîte de la tente

qingaq

NOD

nez, trou d’aération

quakkuvik : quaq, quelque chose de gelé ; -kkut, translatif (groupe de) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -kkuvik, lieu pour, récipient à) [ce qui contient des choses gelées]

LEX

réfrigérateur

quangusivvik : quaq, quelque chose de gelé ;
-usivvi-, récipient, qui contient ; -k, spécif. (sing.) [ce qui contient des choses gelées]

LEX

réfrigérateur

quaqauti : quaq, quelque chose de gelé ; -qaq-, avoir ; -uti, qui sert à (i.e. -qauti, contenant) [qui contient des choses gelées]

LEX

réfrigérateur

qulaaq : qula-, ce qui est situé au-dessus ; -q, nomin. (spécif. sing.) [ce qui est situé au-dessus]

GLI

toit de l’igluvigaq, étage, grenier, toit

quliariik : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -riik, marque de la mutualité, au duel [les deux, l’un au-dessus de l’autre]

GLI

deux choses l’une sur l’autre, étages

quliriik igliq : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -riik, marque de la mutualité, au duel (deux choses empilées) ; igliq, lit [deux lits l’un sur l’autre]

GLI

lits superposés

quliriit : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -riit, marque de la mutualité, au pluriel [plusieurs choses empilées]

GLI

des choses les unes sur les autres, étages

quliruaq : quli-, ce qui est situé au-dessus

GLI

contenant suspendu à un mur, étagère

qulirussivik : qulirussi-, déposer quelque chose sur une surface élevée (forme inusitée) (quli-, ce qui est situé au-dessus) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on dépose quelque chose sur une surface élevée]

LEX

étagère

qullialuk : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -lliq, le plus dans une position (i.e. qulliq, lampe en pierre) ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [la grande lampe]

LEX

lampe, lanterne

qulliq : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -lli-, le plus dans une position ; -q, spécif. (sing.) [ce qui est le plus au-dessus]

GLI

lampe en pierre, lampe électrique, lanterne

qulliti : quli-, ce qui est situé au-dessus ; -lli-, le plus dans une position ; -ti, zone dans telle direction [ce qui est le plus au-dessus]

NOD

dernier bloc du dôme de la maison de neige

quppiniq : quppi-, couper en deux longitudinalement ; -ni-, le fait de ; -q, spécif. (sing.) [qui est séparé dans le sens de la longueur]

NOD

espace entre deux plates-formes, raie des cheveux

qurlutuq : qurlu-, couler en tombant de haut ; -tu-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [ce qui coule en tombant de haut]

LEX

douche

qurluvik : qurlu-, couler en tombant de haut ;
-vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où ça coule en tombant de haut]

LEX

douche

qurvik : qui-, uriner ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on urine]

GLI

pot de chambre, toilettes

saa : saa-, en face, devant (localisateur) [la surface devant soi]

GLI

toute surface utilisée comme table, table, bureau

sanikkuvik : sanik, poussière, saleté ; -kkut, translatif (groupe de) ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) (i.e. -kkuvik, lieu pour, récipient à) [récipient à poussière]

LEX

poubelle

saniqauti : sanik, poussière, saleté ; -qaq-, avoir ; -uti, qui sert à (i.e. -qauti, contenant) [ce qui contient des poussières]

LEX

poubelle

saniuti : saniq-, nettoyer le sol, enlever les poussières ; -uti, qui sert à [ce qui sert à balayer]

GLI

plumeau, balai

sikkittaruluk : sikkittaq, carré, parallélépipède, brique ; -rulu-, petit (péjoratif) ; -k, spécif. (sing.) [minable petit cube]

LEX

maison rudimentaire (« match-box house »)

sinivvik : sinik-, dormir ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où l’on dort]

LEX

chambre, lit

siqijaqtuq (kuvijuq) : siqi-, arroser ; -jaq-, fréquentatif ; -tu-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) ; kuvi-, couler ; -ju-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [qui arrose fréquemment, qui coule]

LEX

douche

sullukutaaq : sulluk, trou allongé ; -kutaa-, long ; -q, spécif. (sing.) [le long trou allongé]

LEX

couloir, corridor

sukarutaq : sukaq, support pour empêcher quelque chose de tomber

NOD

poteau en bois qui soutient verticalement le séchoir dans la maison de neige

taalutaq (taluaq) : taaq, sombre, obscur

GLI

ce qui sert à voiler, rideau

tigulik : tigu-, saisir, prendre par la main

LEX

poignée de porte

tiguvvik : tigu-, saisir, prendre par la main ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on saisit quelque chose par la main]

LEX

poignée de porte

tulliraq : tullira-, marcher dessus (sur quelque chose) ; -q, nomin. (spécif. sing.) [ce sur quoi on marche]

LEX

tapis, linoléum

tupiq

GLI

tente en peau, en toile

tuqluaq : tuqluk, trachée ; -a-, qui ressemble à ; -q, nomin. (spécif. sing.) [qui ressemble à une trachée]

GLI

conduit, tuyau, cheminée, tout tube

tuqsukattaq : tuqsuk, trachée

LEX

couloir, corridor

tuqsutaq : tuqsuk, trachée (tuqsuaq, tout tube) ; -ta-, partie de ; -q, spécif. (sing.) [partie de tube]

GLI

conduit d’aération de l’igluvigaq, cheminée (conduit)

tuqsuuk : tuqsuk, trachée ; -uk, marque du duel ; ceci indique que deux couloirs successifs donnent accès à la maison de neige

GLI

porche, tunnel d’accès de l’igluvi-gaq, couloir, entrée

tuqsuukutaaq : tuqsuuk, porche ; -kutaa-, long ; -q, spécif. (sing.) [le long porche]

LEX

couloir, corridor

uaja : extension du sens original de uaja, fil, cable (électrique)

GLI

électricité, fil (électrique)

uasarvik : uasaq-, laver, rincer ; vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on lave ou rince quelque chose]

LEX

évier, lavabo, salle de bain

uati : semble exprimer l’idée d’orientation vers la sortie, vers la côte ou vers l’ouest (?)

NOD

bord de la maison de neige de chaque côté de la porte

ukkuaq : ukkua-, fermer ; -q, nomin. (spécif. sing.)

GLI

porte

ukkuarauti : ukkua-, fermer ; -raq-, fréquentatif ; -uti, qui sert à [ce qui sert à ce que ça se ferme souvent]

LEX

poignée de porte

ukkuaruti : ukkua-, fermer ; -ruti, qui sert à [ce qui sert à ce que ça se ferme]

LEX

poignée de porte

ukkuiruti : ukkui-, ouvrir ; -ruti, qui sert à [ce qui sert à ce que ça s’ouvre]

LEX

poignée de porte

ukkuitaqtuq : ukkui-, ouvrir ; -taq-, fréquentatif ; -tu-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [ce qui s’ouvre souvent]

LEX

placard, armoire

ukkusik : pourrait être relié à uu- qui exprime l’idée de chaleur (uujuq, de la viande bouillie)

GLI

marmite en pierre, casserole, chaudron

ungati : unga- exprime la notion de ce qui est distant, au-delà de

NOD

bord de l’igluvigaq sur les côtés de la plate-forme

urquusisauti : urquu-, chauffer ; -si-, action réfléchie ; -sauti, qui sert à [ce qui sert à (se) réchauffer]

LEX

poêle de cuisine, radiateur, four

utiqtavik : utiq, revenir ; -taq-, fréquentatif ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on va et vient]

LEX

balcon

uvininniarvik : uvinik, peau ; -niaq-, s’occuper de ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on s’occupe de la peau]

LEX

baignoire, douche, salle de bain

uvvariaqtuvik : uvva-, (se) laver ; -riaq-, aller faire ; -tu-, fréquentatif ; -vi-, lieu (i.e. -riaqtuvik, lieu où on va) ; -k, spécif. (sing.) [là où on va se laver]

LEX

salle de bain

uvvaruti : uvva-, (se) laver ; -ruti, qui sert à [ce qui sert à laver quelque chose]

LEX

douche, machine à laver

uvvarutialuk : uvva-, (se) laver ; -ruti, qui sert à ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [le grand moyen pour laver quelque chose]

LEX

machine à laver

uvvavialuk : uvva-, (se) laver ; -vi-, lieu ; -alu-, grand ; -k, spécif. (sing.) [le grand endroit où on lave quelque chose]

LEX

machine à laver

uvvaviapik : uvva-, (se) laver ; -vi-, lieu ; -api-, petit ; -k, spécif. (sing.) [le petit endroit où on lave quelque chose]

LEX

bassine à lessive, cuvette

uvvavik : uvva-, (se) laver ; -vi-, lieu ; -k, spécif. (sing.) [là où on se lave] (uvvavik kuvijuq : kuvi-, couler ; -ju-, nomin. ; -q, spécif. (sing.) [là où on se lave, ça coule])

LEX

baignoire, évier, cuvette, lavabo, salle de bain, (douche)

vavaaruti : vavaaq-, se balancer (formé sur l’anglais to wave, s’agiter) ; -ruti, qui sert à [ce qui sert à se balancer]

EPT + LEX

rocking-chair

Haut de page

Bibliographie

Blaisel Xavier et Jarich Oosten
1997 « La logique des échanges des fêtes d’hiver inuit », Anthropologie et Sociétés, 21 (2-3), pp. 19-44.

Boas Franz
1964 The Central Eskimo, University of Nebraska Press, Lincoln [1888].

Bordin Guy
2002 « De l’habitat nomade à la maison moderne chez les Inuit de l’Arctique oriental canadien : appropriation d’un espace imposé », communication orale au colloque « Espaces domestique », Institut de géographie, Paris, 17-20 septembre 2002.

2003 Lexique analytique de l’anatomie humaine / Analytical lexicon of human anatomy, inuktitut-français-english, Éditions Peeters, Paris.

Collignon Béatrice
2001 « Esprit des lieux et modèles culturels. La mutation des espaces domestiques en Arctique inuit », Annales de Géographie, 110 (620), pp. 383-404.

Dorais Louis-Jacques
1978 Lexique analytique du vocabulaire inuit moderne au Québec-Labrador, Les Presses de l’Université Laval, Québec.

1990 « The Canadian Inuit and their language », in Arctic Languages. An Awekening, Unesco, Paris, pp. 185-289.

1996 La Parole inuit. Langue, culture et société dans l’Arctique nord-américain, Éditions Peeters, coll. « Arctique » 3, Paris.

2001 Inuit communities. An introduction to social relations and community studies, Nunavut Arctic College, Nunatta Campus, Iqaluit.

Duhaime Gérard
1983 « La sédentarisation au Nouveau-Québec inuit », Études/Inuit/Studies, 7 (2), pp. 25-52.

1985 De l’igloo au HLM : les Inuit sédentaires et l’État-Providence, Université Laval, coll. « Nordicana », Québec.

Duhaime Gérard, Nick Bernard et Anne Godmaire
2001 « La sédentarisation des autochtone », in Gérard Duhaime (éd.), Atlas historique du Québec. Le Nord : habitants et mutations, Les Presses de l’Université Laval, Québec, pp. 173-193.

Formoso Bernard
2001 « L’ethnie en question, débats sur l’identité », in Martine Segalen (éd.), Ethnologie. Concepts et aires culturelles, Armand Colin, Paris, pp. 15-30.

Fortescue Michael, Steven Jacobson et Lawrence Kaplan
1994 Comparative Eskimo Dictionary, with Aleut Cognates, University of Alaska, Alaska Native Language Center, Fairbanks.

Kolb Stéphane et Samuel Law (éds)
2001 Dream and Dreams Interpretation. Inuit Perspectives on the 20th Century / Sinnakturniq sinnaktuumaniglu tukiliuriniq. Inuit isumaqarvigijangit 1900 lait atuliqtillugit, 3, Nunavut Arctic College, Nortext, Iqaluit.

Laugrand Frédéric
2002 « Spirits and bodily appearance : humans, caribous and dogs in contemporary Inuit cosmology », communication orale au 1er séminaire IPSSAS (International Ph.D. School for Studies of Arctic Societies), Nuuk, 28 mai-8 juin 2002.

Laugrand Frédéric et Jarich Oosten
2002 « Canicide and healing. The position of the dog in the Inuit cultures of the Canadian Arctic », Anthropos, 97, pp. 89-105.

Laugrand Frédéric, Jarich Oosten et Francois Trudel
2003 « Hunters, owners, and givers of light : the tuurngait of South Baffin Island », Arctic Anthropology.

Mauss Marcel (avec la collaboration de Henri Beuchat)
1999 « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo : étude de morphologie sociale », in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Presses Universitaires de France, Paris, 8e édition, pp. 389-477 [1re édition : 1904-1905, L’Année sociologique, dirigée par Émile Durkheim].

Oosten Jarich
1986 « Male and female in Inuit shamanism », Études/Inuit/Studies, 10 (1-2), pp. 115-131.

Quassa Joanna
2000 Uqausiit tukingit, Inuktitut Dictionary, Tununiq dialect (texte en syllabaire), coordonné par Elisapee Ootoova, Qikiqtani School Operations, Government of Nunavut, Iqaluit.

Qumaq Taamusi
1991 Inuit uqausillaringit. Les véritables mots inuit / The genuine Inuit words (texte en syllabaire), Association Inuksiutiit Katimajiit, Québec/Institut culturel Avataq, Inukjuaq et Montréal.

Randa Vladimir
2002 « Perception des animaux et leurs noms dans la langue inuit (Canada, Groenland, Alaska) », in Véronique de Colombel et Nicole Tersis (éds), Lexique et motivation : perspectives ethnolinguistiques, Éditions Peeters, Paris, pp. 79-113.

Robertson R.
1961 « The future of the North », North-Nord, 8 (1), pp. 1-13.

Schneider Lucien
1966 Dictionnaire du langage esquimau de l’Ungava et contrées limitrophes, Les Presses de l’Université Laval, Québec.

1985 Ulirnaisigutiit / An Inuktitut-English Dictionary of Northern Quebec, Labrador and Eastern Arctic Dialects, Dermot R. Collis trad., Les Presses de l’Université Laval, Québec.

Spalding Alex
1998 Inuktitut. A Multi-dialectal Outline Dictionary (with an Aivilingmiutaq base), Nunavut Arctic College, Iqaluit.

Tersis Nicole
2002 « Structure du lexique inuit, Groenland oriental », in Véronique de Colombel et Nicole Tersis (éds), Lexique et motivation : perspectives ethnolinguistiques, Éditions Peeters, Paris, pp. 49-62.

Tersis Nicole et Michèle Therrien (éds)
2000 Les Langues eskaléoutes, Sibérie, Alaska, Canada, Groenland, CNRS Éditions, coll. « Sciences du langage », Paris.

Teveny Sylvie
2003 « Les mots de la ville en inuktitut. Genèse urbaine et créations lexicale », in F. Leimdorfer et P. Wald (éds), Les Langues dans la ville. Essai sur les registres urbains, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Les mots de la ville », Paris.

Therrien Michèle
1987 Le Corps inuit (Québec arctique), SELAF/Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Arctique » 1, Paris.

1995 « Tradition et transition : la notion de dynamique chez les Inuit », in Anne-Victoire Charrin, Jean-Michel Lacroix et Michèle Therrien (éds), Peuples des Grands Nords. Traditions et transitions, Presses de la Sorbonne nouvelle, Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, pp. 245-254.

2000 « Nouvelle terminologie en inuktitut. Contraintes linguistiques, logiques, culturelle », in Nicole Tersis et Michèle Therrien (éds), Les Langues eskaléoutes, Sibérie, Alaska, Canada, Groenland, CNRS Éditions, coll. « Sciences du langage », Paris, pp. 283-301.

Trinel Ernest, O. M. I.
1970 Atii, parlez esquimau. Essai de grammaire esquimaude d’après le dialecte d’Ivujivik, Nouveau-Québec, Université Saint-Paul, Ottawa.

Haut de page

Notes

1 Le terme iglu désigne en inuktitut toute structure habitable, y compris l’habitat de fortune.
2 Dans ce texte, l’expression « habitat nomade » fait référence aux formes d’habitat en usage à l’époque antérieure à la sédentarisation et où le mode de vie inuit était exclusivement lié au cycle des saison ; par cette expression, il faut donc comprendre la maison de neige, la maison semi-souterraine et la tente. La tradition n’est pas figée dans le passé, elle est au contraire dynamique et se réinvente tout au long de l’histoire d’une société ; c’est pour cela que nous n’utilisons pas l’adjectif « traditionnel » pour qualifier l’habitat d’avant la sédentarisation. Selon les Inuit, la tradition appartient à ce qui peut être qualifié de atuqsaq, c’est-à-dire d’utilisable car ayant fait la preuve de son efficacité tout en étant sans cesse réactualisé par un usage régulier (Therrien 1995, p. 251).
3 Les numéros en exposant liés à chaque terme renvoient aux notes 4 à 15.
4 Schneider (1966).
5 Qumaq (1991).
6 Quassa (2000).
7 Dorais (1978).
8 Spalding (1998).
9 Therrien (1987).
10 Schneider (1985).
11 Bordin (2003).
12 Célestin Iqijjuq, communication personnelle.
13 Trinel (1970).
14 Jaikku Pitsiulaaq, communication personnelle.
15 Fortescue et al. (1994).
16 Pour une synthèse récente des études sur la motivation de la langue inuit, voir Tersis et Therrien (éds) (2000) et Tersis (2002).
17 Gisa Inuaraq, communication personnelle.
18 Aaju Piita, communication personnelle.
19 Sirina Iqaluk, communication personnelle.
20 Hannah Ulaajuq, communication personnelle.
21 Les situations de polysémie, ou plus exactement de « polydésignation » (un syntagme inuit désignant divers objets), et celles où un objet est désigné par divers termes inuit ne sont pas rares ; voir pour le champ anatomique, Therrien (1987) et Bordin (2003) et pour le lexique zoologique, Randa (2002). Cette prolifération terminologique reflète à la fois les différences lexicales entre communautés et les traits pertinents qu’un groupe donné choisit de mettre en évidence pour désigner un objet particulier.
22 Teveny (2003).
23 Therrien, communication personnelle.
24 Ces désignations traduisent la piètre opinion que nombre d’Inuit avaient de ces premières habitations préfabriquées ; le terme sikkittaruluk, utilisé au Nunavut, s’analyse en effet en sikkittaq : carré, parallélépipède, et -ruluk : petit (péjoratif), c’est-à-dire « minable petit bloc » ; au Nunavik, ces maisons étaient même appelées iluviit, c’est-à-dire « les tombes ».
25 Il est vrai que la région à laquelle fait référence Béatrice Collignon, le Nunavut occidental, n’affiche pas le même taux de rétention linguistique que les régions plus orientales (Dorais 1996).
26 Cette étude a été l’objet d’une communication orale (Bordin 2002) lors du colloque « Espaces domestiques » qui s’est tenu à Paris du 17 au 20 septembre 2002, à l’Institut de géographie, et d’une contribution dans les Actes dudit colloque. Deux missions effectuées à Iqaluit et à Kimmirut (Nunavut) au printemps 2000 et à l’automne 2001 ont bénéficié du soutien de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO, Paris) que je remercie. Mes remerciements vont également à Susan Sammons du Nunavut Arctic College (programme d’études inuit) et à Mary Ellen Thomas du Nunavut Research Institute à Iqaluit. Je tiens aussi à exprimer toute ma gratitude aux interlocuteurs qui ont bien voulu m’accorder leur concours : Sirina Iqaluk, Célestin Erkidjuk [Iqijjuq], Jaikku Pitseolak [Pitsiulaaq], Gisa Inuaraq, Aaju Peter [Piita] et Hannah Oolayou [Ulaajuq], ainsi qu’à Liisi Kelly [Kali] de l’Elder’s Facility Centre à Iqaluit qui m’a permis de faire des rencontres fructueuses. Je remercie enfin Michèle Therrien (INALCO) et Aurore Monod Becquelin (CNRS, Paris X) pour leur relecture et leurs commentaires pertinents.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Bordin, « Le corpus lexical de l’habitat inuit de l’Arctique oriental canadien », Journal de la société des américanistes, 89-1 | 2003, 95-123.

Référence électronique

Guy Bordin, « Le corpus lexical de l’habitat inuit de l’Arctique oriental canadien », Journal de la société des américanistes [En ligne], 89-1 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://jsa.revues.org/3993 ; DOI : 10.4000/jsa.3993

Haut de page

Auteur

Guy Bordin

Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (université Paris X-Nanterre)/Institut national des langues et civilisations orientales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org